Actu

Le digital révolutionne les transactions bancaires

En France, le paiement par carte est l’instrument de paiement le plus utilisé puisqu’il représente plus de 41 % des utilisations. On assiste à une dématérialisation de la monnaie, en effet les gens utilisent de plus en plus leur carte bleue, chèque et virement au détriment de la monnaie fiduciaire.
Malheureusement ces moyens de paiement est essentiellement réservé au B to B ou au B to C.

Le problème qui se pose est que les gens ont de moins en moins de liquide sur eux et donc il est plus difficile pour eux de régler leur « dettes », qui ne s’est jamais dit si seulement je pouvais te régler en Carte Bleu car je n’ai pas d’argent sur moi.

Chaque problème sa solution, face à cette demande, on a vu apparaitre de nouvelles applications et des nouveaux moyens de paiement qui permettent de faciliter les transactions C to C. C’est la révolution des transactions bancaires, car même si le virement bancaire permet ce genre d’échanges, il reste lent et demande des manipulations, comme trouver le rib du créditeur, l’inscrire dans la banque du débiteur etc…

Avec des nouvelles plateformes tel que Lydia ou encore EPS tout est simplifié. Pour lydia par exemple l’utilisateur rentre ses données de carte bleu et son rib, il détermine un code secret ensuite il peut régler ses proches par le biais de leur numéro de mobile. Vu le succès et la rapidité de cette méthode les entreprises s’y mettent aussi comme Le pot commun ou encore même les super marché comme Franprix.
Concernant EPS, c’est un peu près le même principe sauf que le compte de l’utilisateur est construit comme un réel compte bancaire sans être associé à une banque. Il assure un paiement/ règlement rapide et garantie. Il n’y a pas de montant maximum à contrario de Lydia qui dès un certain montant 150 euros environs, demande des garanties à l’utilisateur et interroge sa banque.

Ces applications constituent un véritable porte-monnaie virtuel, cela va sans dire, elles nécessitent un gage de protection des données. Il serait dramatique que les données inscrites dans ces applications soient piratées de ce fait, elles bénéficient d’une protection sans faille en terme de Hackage.

On compte près D’1 millions d’utilisateurs sur Lydia, une start up française ayant vu le jour début 2015 et qui ne cessent de croitre aujourd’hui.
Sans le digital rien de tout cela ne serait possible et nous ferions encore tous la queue aux distributeurs ou on continuerait à faire des chèques de 10 euros à nos amis.

Le digital a révolutionné de nombreux secteurs d’activité, nous sommes dans l’automatisation et la facilitation de tous les gestes du quotidien. Nombre des métiers ont disparu et se sont fait remplacer par la robotique ou par internet. Aujourd’hui toutes les marques disposent d’un site e-commerce et ces derniers remplissent une bonne part de leur chiffre d’affaires. Malgré tous les bienfaits du digital, on peut se demander si tout doit être digitalisé, car même si nos données sont censées être protégées, qui sait ce qui peut arriver demain.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.