Actu

Et si c'était bien plus qu'un jeu…

cest_du_serious_game

Il était une fois une catégorie de jeux vidéos, appelée Serious Games ou jeux sérieux dans la langue française, inventée non pas pour divertir, mais pour bien d’autres choses…

 

Chapitre 1: God bless Dora and Second Life

Cela remonte à l’an 2000 lorsque Valerie Walsh, Eric Weiner et Chris Gifford, trois créateurs américains, ont imaginé une célèbre série d’animation pour enfants appelée Dora l’exploratrice.

Dora

L’idée était simple : apprendre tout en s’amusant grâce à Dora et son ami Babouche le singe. Depuis les petits gazouillent en anglais et les grands ont compris que devant un jeu, une personne est captive donc plus réceptive aux messages distillés par le logiciel.

« Plus le jeu est divertissant, plus il implique son utilisateur. »

 

Un an plus tard, la planète Terre a assisté à la naissance du projet Second Life, un univers virtuel en 3D où les terriens incarnent des personnages fictifs dans un monde créé par les joueurs eux-mêmes. C’est à la fois un jeu et un réseau social, un espace de rencontre où s’expriment les engagements sociaux et politiques de manière libre et internationale. Les débats, expositions, conférences, formations, recrutements, concerts, mariages sont des événements courants dans ce monde parallèle.

[Soudain, cette galaxie s’ouvre à toi.]

Il faut savoir que Second Life a été un précurseur dans l’utilisation du jeu à des buts marketing et le jeu a attiré de nombreux investisseurs tels que Orange, IBM, Toyota ou encore Jean-Paul Gaultier.

 

Chapitre 2: Monsieur Recrutement

En premier lieu, nous allons rencontrer les adeptes de Monsieur Recrutement, séducteur hors-pair en matière de futures recrues. Son atout séduction, le Serious Game, un service qu’il met à disposition de grandes entreprises de tous les secteurs.

Picto_drapeau_USA
C’est en 2002, aux États-Unis, qu’a surgit le premier Serious Game ayant pour objectif le recrutement.

 

À cette époque là, l’armée américaine lança America’s Army sur internet, un jeu vidéo gratuit destiné aux jeunes. Ils endossent l’uniforme militaire pour se mettre dans la peau d’un soldat américain. Il s’agit là de les inciter à découvrir la réalité du terrain et valoriser l’image de l’armée.

America's_army

A ce jour, le jeu compte plus de 10 millions de joueurs.

[Et aujourd’hui, tu es convié à les rejoindre !]

 

Après le secteur public, ce sont les grandes entreprises qui se sont lancés dans l’aventure du Serious Game.

L‘Oréal, un des précurseurs en la matière a lancé en 2009, Reveal, un jeu de recrutement en ligne pour les futurs stagiaires. Ce jeu est décrit par le Groupe comme « une plateforme en ligne de découverte de talents ». Les joueurs circulent virtuellement dans les bureaux de L’Oréal pour découvrir les métiers du Groupe et se mettre en situation. Ils gagnent des points selon leur rapidité pour résoudre différents types de jeux : puzzle, connaissance de l’univers de la marque. Leur classement évolue également en fonction du nombre d’invités qu’ils parviennent à recruter via les réseaux sociaux.

L'Oréal_Reveal

[Maintenant, rejoins la plateforme et montre leur ton talent.]

 

En 2012, c’est la SNCF qui lance son Défi Ingénieur. Il s’agit d’un Serious Game qui a pour projet de faire découvrir sous un jour nouveau le métier d’ingénieur. Les participants doivent réussir 4 défis inspirés par des situations réelles.

Les participants sont challengés via un classement et le jeu est connecté sur les réseaux sociaux afin de faire parler de lui et décupler le nombre de défiants.

La SNCF aspire apparaitre comme un employeur attractif et moderne auprès de la communauté restreinte des ingénieurs.

sncf_défi_ingénieur

[Un ingénieur sommeille en toi.]

 

Du côté de la banque, LCL entre dans le cercle d’amis de M. Recrutement avec le lancement en 2012, sur sa Fan Page LCL Étudiants, d’un jeu Facebook appelé e.Banker. Celui-ci présente de manière ludique et interactive les métiers de la banque à travers la peau d’un employé bancaire. Ainsi, LCL espère attirer les jeunes et leur présenter ses offres d’emploi. Cette campagne de recrutement via un Serious Game Facebook permet également à LCL d’augmenter son nombre de Fan puisqu’il faut liker la page pour pouvoir jouer.

LCL_e.Banker

[Entre dans la vie active : deviens e.Banker.]

 

Dans un autre domaine, l’entreprise internationale de conseil, Accenture France, propose aux candidats apprentis ou jeunes diplômés qui ont passé la première sélection du curriculum vitae et de l’entretien de motivation, un Serious Game accessible uniquement en interne. Les candidats se glissent dans la peau d’un consultant junior en mission de conseiller pour une société de télécoms qui veut s’ouvrir au marché des mobiles d’occasion.

Selon la Responsable du recrutement Accenture France :

 « Le Serious Game est un excellent complément à l’évaluation du candidat ».

 

Chapitre 3: Madame Formation

Pour « vendre » le Serious Game à ses clients, Madame Formation leur explique que la 3D associée à l’interactivité permet aux apprenants d’expérimenter des scénarios pédagogiques proches de leur réalité métier et capte leur attention de façon efficace et ludique. Les apprenants en jouant sont acteurs de leur formation, ce qui les aide à comprendre et retenir les cours dispensés à travers le jeu.

De plus, les outils numériques étant de plus en plus présents au quotidien, il leur parait naturel d’utiliser des outils semblables au sein de leur entreprise.

En 2013, les entreprises françaises ont dépensé 14 milliards d’euros pour la formation de leurs salariés (source le Nouvel Économiste). En effet, depuis la loi BORLO sur la formation professionnelle, les entreprises ont saisi l’intérêt de former leurs effectifs. Ainsi, de nouveaux outils de formation tels que l’e-learning sont apparus et depuis 10 ans le Serious Game se répand sous les bons conseils de Madame Formation.

Bouygues_Galeo_City

Bouygues Telecom a suivi la tendance en mettant en place un site de gamification visant à faciliter l’intégration de ses nouveaux collaborateurs. Galeo City est une ville virtuelle en construction que les équipes Bouygues doivent développer en tant que chef de projet autour des grands métiers de l’entreprise.
Le but étant d’apporter satisfaction aux clients tout en respectant les contraintes métiers.
Le jeu se joue par équipe, l’idée n’étant pas de créer une compétition directe entre les collaborateurs, mais plutôt de développer un esprit d’entraide.

Renault, KTM Advance ou encore la Société Générale les utilisent pour perfectionner la formation de leurs commerciaux en les aidant à améliorer leurs techniques de vente.

Chez Renault, le jeu vidéo a révolutionné l’apprentissage des vendeurs, à qui les formations proposées auparavant ne plaisaient pas. Leur premier Serious Game datant de 2009 est un véritable succès. En effet, le taux de satisfaction dépasse 92% contre 50% pour le e-learning. Le constructeur a ainsi constaté l’ampleur de l’attractivité liée à cette nouvelle formation et depuis plusieurs autres jeux ont été développés.

Renault_Academy

 

 

Depuis longtemps les bénéfices du jeu vidéo sont connus dans l’univers de l’éducation, ils commencent depuis quelques années à l’être dans l’univers du marketing. Mais, compte tenu de leurs coûts de réalisation, ces jeux sérieux sont plutôt réservés aux grandes entreprises.

La frontière entre jeu et travail n’existant plus, il devient intéressant de sortir du strict cadre professionnel pour recruter, former et informer.

 

Et enfin pour conclure, je vous propose de visionner la vidéo « Pixel Proposal » réalisée par Robert le Geek, qui nous montre que le jeu mène à tout… et surtout à des choses auxquelles on ne s’attend pas 🙂

 
[youtube http://youtu.be/W_iiHQEtBpI?t=2m30sfeature=player_detailpage]
 

 

A présent, vous êtes conviés, chers lecteurs, à me donner votre avis.

siouplé

Merci d’avoir lu.

 

Lucille Caron
>clic<     

 

21 Comments

  1. Laura

    Bel article bien « serious »qui nous rappel bien que finalement le but premier des jeux n’est pas forcément de nous divertir ! #InvasionMarketingBonjour

  2. Céline Dupuch (@celinedupuch)

    Cool ce petit article ! C’est une bonne stratégie pour les entreprises de passer par le biais du gaming pour recruter d’une part, ou challenger ses salariés d’autres part. De manière interne, ça peut-être également un moyen de recréer du lien entre la société et ses salariés !

  3. Clément

    Why so serious ? 😉 Très intéressant cet article !

  4. patricia

    On arrête pas le progrès, vu le nombre d’incompétents dans certaine société cela devrait être obligatoire…….
    Article très intéressant.

  5. Manon

    Article très sympa à lire après une journée de travail ! Je vais aller tester le jeu SNCF ! Ca donne envie. Merci Lucille

  6. CAROLE

    Article bien écrit et complet. Donne une bonne idée de l’utilisation de ces serious game dans les différents domaines. Super Lucille

  7. Marin

    Oui bel article et d’actualité 🙂 !

    Quand on pense qu’il y a quelques années, l’idée de travailler en s’amusant était quasiment inimaginable, le jeu étant perçu comme l’antithèse du travail (amusement VS « torture »).

    Et aujourd’hui, le jeu est utilisé dans le monde du travail mais également par diverses structures dans différents buts. Le Centre des grands brûlés de Washington, par exemple, a créé le jeu SnowWorld dans lequel les victimes du feu doivent lancer des boules de neige à des pingouins dans un environnement en 3D. Cette immersion virtuelle a permis de réduire de moitié leur sensation de la douleur !!

  8. Rémi

    Un article qui résume bien l’évolution des mentalités actuelles pour trouver les meilleurs axes de progrès en entreprise avec ce qu’apporte le digital, en l’occurrence le monde du jeu virtuel.
    On tente petit à petit de généraliser des pratiques qui ont fait leurs preuves mais jusque là réservées à des minorités spécialisés (ex; simulateur de vol pour les pilotes) pour les rendre accessible à des contextes beaucoup plus diversifiés. Le progrès permet d’associer travail et jeux vidéos… à n’en pas douter de belles perspectives d’avenir.

  9. Julien

    La gamification est en route, devient de plus en plus omniprésente prouvant que les méthodes de management doivent évoluer et changer. Très bon article qui rappel les faits marquants de la naissance du serious game et son état actuel.

  10. LE COZ Gabin

    Article très bien structuré, l’historique du Serious Game est très bien réalisé. Cela nous prouve, une fois encore, que le digital est l’avenir des entreprises. Mais on est encore loin d’arriver au maximum des capacités du digital au vu des avancées technologiques actuelles.
    De plus, travailler tout en s’amusant était notre rêve étant enfant, un rêve à présent devenu réalité grâce aux Serious Games.
    Je pense que le Serious Game est un moyen très efficace d’améliorer la qualité de vie au travail des salariés car aujourd’hui, il n’existe pas de rupture d’environnement durant nos pauses au travail, chose à laquelle le Serious Game arrive à palier.

  11. Patrick C.

    Bravo pour cet article très ludique mais en même temps très serious…

  12. Laure

    Les drones, la gamification … Lucille au coeur des sujets digitaux du moment 😉
    Moi je veux un autre article !!!
    Tu nous en fais un sur les MOOC stp ?

  13. MALORIE

    L’article qui démontre une fois de plus, que le digital est au coeur de l’actualité! Les serious game, ou un autre moyen de recruter intelligement … Good Game Lucille 😉

  14. Christophe

    Bon article sur une pratique que je ne connaissais pas.

  15. Claire

    Article très intéressant . Une approche qui mérite que nos entreprises se penchent un peu plus dessus pour suivre les tendances et l’évolution de nos sociétés. Bravo Lucille!

  16. Sylvie

    Le bénéfice du « apprendre en s’amusant » n’est plus à démontrer chez les enfants. Cette démarche devrait être intégrée dans toute formation d’adultes . Des mises en situations sans conséquences directes, que de gain de temps et d’erreurs évitées.

  17. Thomas

    Encore un article où on apprend beaucoup de choses sur un sujet dont on entend peu parler. Merci pour cette mine d’informations !!

  18. Romain

    Etant un adepte des jeux vidéo dans la vie perso, si les RH utilisaient ce genre d’outils pour la formation je pense que j’en ferais plus souvent ! Pour une fois que l’on peut jouer au boulot 😉

  19. Céline D

    Quelle belle histoire , merci Lucille ! Madame formation et Monsieur recrutement ont enfin compris qu’il existait plein de moyens fun et ludique pour trouver un emploi, une formation…

  20. François

    Bel article où l’on découvre que le jeux vidéo peut devenir un nouvel outil dans les mains des entreprises et des institutions pour détecter les talents, former et améliorer les capacités de ses employés voire favoriser le recrutement.

    Comme quoi, les jeux vidéos ne sont pas qu’un divertissement sans apport.

  21. Freddy

    Bienvenu dans un monde virtuel
    Intéressant et triste à la fois …
    A suivre, contrats virtuels, salaires virtuels,… pour la retraite c’est déjà fait !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.