Actu

Quel avenir pour les vêtements connectés ?

Une récente étude a estimé une évolution du nombre d’objets connectés dans le monde à 50 milliards d’ici 2020 ! Un chiffre significatif et non négligeable pour ces nouveaux gadgets en plein essor, pouvant toucher quasiment tous les domaines d’activité. Notamment la mode et le textile en général : les vêtements connectés. Avec un taux de croissance annuel de 18%, plus de 18 millions de vêtements intelligents devraient être vendus d’ici 2021 !

De nombreux événements se sont créés dans le monde depuis une dizaine d’années, autour de l’industrie du vêtement mêlé à la technologie.

On peut compter parmi ces derniers :

  • la Fashion Tech Week à Paris mettant en avant les liens qui unissent la mode et la technologie,
  • le salon Wearable Technology Show à Londres présenté comme le plus grand rassemblement mondial dédié aux objets connectés à porter sur soi,
  • l’exposition Futurotextiles à Lille qui associe sciences, avancées technologiques, design, mode et art autour des textiles innovants et de leurs différents secteurs d’application,
  • et le Consumers Electronics Show à Las Vegas, le plus grand salon des loisirs électroniques au monde est un festival d’innovations, de tendances high-tech et de nouveautés techno.

Le marché mondial des tissus intelligents ou connectés représente moins de 2 milliards de dollars de revenus à l’heure actuelle. Il cible diverses branches de la mode. Certaines grandes marques ont mis un pied dedans depuis quelques années, comme Nike, Levi’s, Ralph Lauren ou encore Under Armor. Et de nombreuses start-up se sont créées comme Cityzen Sciences, firme Lyonnaise.

Haute Couture 2.0

La haute couture n’a pas tardé à intégrer ces nouvelles technologies, comme Iris Van Herpen, créatrice néerlandaise, pionnière en termes d’onirisme high-tech. Cette dernière maîtrise parfaitement le soudage par ultrasons ou les découpes au laser, avec sa fameuse robe-eau réalisée en impression 3D afin de créer un vêtement « liquide ».

La technologie 2.0 a également inspiré Ezra+Tuba, 2 créatrices qui intègrent la dernière technologie Intel avec la robe « Butterfly ». Cette robe haute-couture intelligente, en jacquard noble tissé de fibres métalliques, est ornée  d’une quarantaine de papillons bleus interactifs virevoltant à distance autour de la robe lorsque l’on s’en approche. Les papillons s’envolent grâce à un module informatique et au capteur de proximité à ultrasons intégré. Le tout ne dépassant pas la taille d’un paquet de cigarettes, et ayant comme autonomie 40 minutes. Ce n’est encore qu’un prototype, puisque tout a été fabriqué à la main.

Robe "Butterfly" -Ezra+Tuba

Robe « Butterfly » – Ezra+Tuba

Leds et haute couture ne sont pas non plus incompatibles. Ces nouvelles formes d’intelligence artistique sans limites, ouvrent de nouveaux horizons aux marques de luxe.

 

Sport intelligent

Le textile du sport se dote également de ces nouvelles technologies. Avec des vêtements intelligents permettant de suivre les constantes de santé, qui apportent de nombreuses informations sur les performances physiques. Ralph Lauren s’est associé à une jeune start-up canadienne, OM Signal,  pour développer le Polotech Shirt. Celui-ci est composé de fibres d’argent et de nombreux biocapteurs pouvant mesurer les constantes physiologiques du sportif : rythme cardiaque et respiratoire, température, niveau de stress et même activation de la circulation du sang. Ce vêtement intelligent lancé en 2015 est en vente au prix de 261€. A ce prix, les consommateurs s’inquiètent de la durée de vie du produit, notamment de ses capteurs intégrés. Mais également maillots, chaussettes, semelles ou autres accessoires en tout genre deviennent des outils d’auto-analyse et de progression.

 

Parlons santé

En 2005, Bruxelles finance Biotex, un programme de recherche visant à créer des vêtements connectés pour assister les personnes ayant la santé fragile. L’Europe a été précurseur dans la croyance de ce domaine, tout nouveau à l’époque. Depuis, des vêtements intelligents sont désormais capables de traiter certaines maladies chroniques : l’hypertension, d’injecter de l’insuline en cas de besoin, ou encore d’appeler les urgences.

Des vêtements spécifiques sont également utiles pour de la télésurveillance des personnes à risque. Ils détectent des comportements corporels anormaux afin d’alerter au plus vite. Ils sont utiles pour les femmes enceintes, bébés, personnes âgées, ou encore les pompiers.

Certains produits sont déjà largement utilisés comme la couverture a UV intégrés. Elle permet de guérir la jaunisse du nourrisson, ou encore des prothèses crâniennes et vasculaires.

 

Que du fun

Côté divertissement, certains vêtements peuvent changer de couleur selon l’humeur, les émotions, le tout grâce à un système de leds reliées à des capteurs sensoriels. CuteCircuit par exemple, maison de couture anglaise, commercialise en exclusivité ses vêtements « Wearable Technology ». La marque a conçu un « hug shirt ». Il est composé de capteurs Bluetooth permettant à vos amis de vous envoyer un câlin via son téléphone portable. Une fois celui-ci reçu, les capteurs sensitifs de ce tshirt connecté chauffent et exercent une pression sur votre corps, afin de créer la sensation de câlin. CuteCircuit a également développé des vêtements conçus de leds qui permettent de changer la couleur de vos habits. Où d’y afficher un message tout comme sur un panneau lumineux.

Pour eux, « tous les appareils (téléphones, appareils photo, caméras ou montres) que nous portons sur nous aujourd’hui disparaîtront et seront intégrés à nos vêtements. Le vêtement est l’interface naturelle entre celui qui le porte et son environnement. ». Des vêtements gadgets aussi innovant qu’inutile, allant de 385€ pour une jupe, à 1900€ pour une robe.

Sac à main leds - CuteCircuit

Sac à main leds – CuteCircuit

« Les acteurs travaillent de manière prospective dans les domaines de la sécurité des travailleurs, des jeux interactifs, la surveillance de la santé des enfants et des soins aux personnes âgées. Ces nouveaux segments élargissent le potentiel de ce marché, mais servent aussi à prouver que cette technologie innovante peut fonctionner dans des environnements plus austères » indique Ryan Harbison, analyste chez ABI Research.

Mais cette avancée technologique reste timide malgré la hausse de marché de 18 % en 2015. Il a généré moins de 2 milliards de dollars de chiffre d’affaires dans le monde l’année dernière. Dont 850 millions aux Etats-Unis, selon Jeffrey Rasmussen, expert à l’Association internationale des tissus industriels. Soit seulement 0,2 % sur un marché de plus de 1.100 milliards de dollars ! Autant dire que la généralisation de ces nouveaux modes d’habillement se fait attendre.

En effet, pour faire émerger ce marché encore peu démocratisé et globalement assez cher, les marques vont devoir se rendre plus accessibles et rassurer les consommateurs. Notamment sur la longévité de ces produits connectés, et sur le bénéfice final apporté à l’utilisateur.

Hélène Shao & Candice Place

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*