Actu

Sport & digital, le duo qui cartonne

sport-digital

Avec l’essor des réseaux sociaux, tous les loisirs se dévoilent au grand jour ! Et le sport est de loin l’un des centres d’intérêts le plus partagé sur internet.

Sur les réseaux sociaux traditionnels comme Facebook, Twitter et Instagram, les marques et les sportifs célèbres se côtoient et regroupent un nombre de fans impressionnant. Mais les amateurs ne sont pas en reste, grâce aux fonctionnalité d’interaction et de communautés propres aux réseaux sociaux. Les groupes Facebook se multiplient, à l’initiative des marques d’équipements ou de parfaits inconnus, les hashtags sur Twitter mais surtout sur Instagram se multiplient et donnent naissance à de véritables mouvements communautaires, sources de motivation pour les apprentis sportifs ou pour les plus confirmés.

 

Coach sur Instagram, un métier en vogue

 

Sonia Tlev, une française passionnée devenue coach

 

Cela fait maintenant 4 ans que Sonia Tlev a créé le TopBodyChallenge, programme sportif qui promet un corps de rêve en 12 semaines à raison de 3 séances de 30 minutes par semaine. Devenu rapidement viral sur les réseaux sociaux, le programme TBC se présente sous la forme d’un PDF payant et permet de se muscler seul chez soi. Toute une communauté s’est créée sur Instagram, les posts tagués avec le hashtag #TBC se comptent par milliers, les biographies TopBodyChallengeuse fleurissent … Pourquoi un tel engouement ?

Tout d’abord Sonia Tlev a pris le temps de soigner sa crédibilité : elle suit très vite une formation de coach sportif et fait valider le TBC avant de le lancer par Lucile Woodward, une coach sportive diplômée d’état, très populaire sur les réseaux sociaux.

De plus, contrairement à d’autres, Sonia Tlev ne prône pas uniquement l’esthétisme du corps (même s’il est difficile de ne pas le penser lorsque l’on consulte son compte Instagram !). Sa devise, que tout le monde peut s’approprier, reflète le succès de son programme sportif : «Devenir la meilleure version de soi-même». Un programme qui nécessite peu de matériel de fitness, réalisable grâce à des objectifs simples, clairs et définis. Et pour ceux qui ont terminé la première version, Sonia assure la suite de l’entraînement avec le TBC2 et le TBC3, au niveau plus élevé. En 2016, la coach lance son application, adaptée aux maman et aux personnes souffrant du dos ou des genoux.

Mais Sonia Tlev ne s’est pas limitée à des entraînements sportifs, et s’est positionnée en véritable pédagogue du sport à domicile. Elle allie au TBC le TBN, le Top Body Nutrition, élaboré avec le nutritionniste Steven Tordjman et la diététicienne Judith Miot. Car manger sainement est indispensable à l’entretien et à la santé du corps. Sonia éduque ses abonnés, pas à pas, dans l’appropriation d’un mode de vie sain.

Mais c’est sans aucun doute sur les réseaux sociaux que la coach se démarque. Sonia Tlev comptabilise 653K abonnés sur Instagram, et son hashtag TBC est présent sur plus de 1,6 millions de posts. Sa communauté n’est pas seulement active, elle crée du contenu, se motive, s’entraide et se soutient. Les photos avant/après le TBC, postées par la communauté, donnent raison à Sonia Tlev et promeuvent le programme. Pas d’achats publicitaire pour cette coach, seulement du bouche à oreille grâce à une communauté fidèle et convaincue.

 

Kayla Itsines, la référence fitness internationale

 

Avec plus de 9 millions d’abonnés sur Instagram, Kayla Itsines est à la tête d’un véritable empire de fans ! Sa marque de fabrique ? Le partage des photos avant/après que ses abonnés lui envoient, souvent spectaculaires !

Diplômée de l’institut de fitness australien à l’âge de 18 ans, Kayla Itsines rejoint Instagram dès les premiers pas du réseau social, en 2012.

Elle lance elle aussi son propre programme d’entraînement sportif : le Bikini Body Guide (BBG) vendu à plus de 25 millions d’exemplaires. Un programme que l’on retrouve sur Instagram grâce au hashtag BBG qui comptabilise plus de 6 millions de publications. Cette communauté BBG, conviviale et bienveillante, constitue la force de Kayla, et lui permet de réaliser d’autres projets, plus ambitieux.

Elle lance ensuite son application, Sweat with Kayla, qui lui rapporte plus de 17 millions de dollars par an. Élue femme la plus influente dans le monde du fitness en 2016 par le célèbre magazine économique américain Forbes, Kayla ne s’arrête pas là.

Véritable star du fitness, la coach souhaite rencontrer sa communauté. Elle voyage autour du monde et donne des cours de fitness géants dans des stades, toujours pleins. Ses fans n’hésitent pas à dépenser des sommes folles pour se rendre à ses événements et ne reculent pas devant la distance. Des rencontres qui provoquent émotions et joie intense chez les participantes qui voient enfin leur idole de leurs propres yeux.

Pourquoi Instagram voue à Kayla un véritable culte lorsque de nombreuses fitgirls évoluent elles aussi sur le réseau social ?

Parce que la motivation de sa communauté est son moteur. Kayla ne va pas partager sa vie personnelle, son nouveau rouge à lèvres ou sa voiture, elle reste focalisée sur le sport et le mode de vie sain, sur la motivation de ses abonnés et leurs progrès. Débordée, véritable business woman avertie, elle paraît pourtant accessible et dévouée à sa communauté. Un travail de fond et de forme, sur ses réseaux sociaux, lorsqu’elle prend publiquement la parole ou lorsqu’elle rencontre ses fans.

 

Nike, ou l’exemple même du sport interactif

 

Nike et les réseaux sociaux, le duo de choc

 

Nike a établi une stratégie social media de communautés. En effet, afin de répondre au mieux aux différents profils de consommateurs Nike, la marque a créé des pages Facebook pour chacune de ses catégories et pour certains de ses modèles phares, en plus de sa page principale (30M de personnes) : Nike Football (équipement : 44M et communauté : 6,5M), Nike Basketball (8,5M), Nike Skateboarding (9,8M), Nike Golf (1,9M), Nike BMX (2,4M), Nike Women (5,5M), Nike Air Max (8,9M), Nike Air Force 1 (2,9M), Nike+ Run Club (17M), Nike Sportswear (15M)…

Au fil des années, Nike s’est constituée une communauté nombreuse et engagée sur Instagram. Belles photos de paysages, vidéos & photos d’entraînement, stars du sport mises à l’honneur ou motivation collective, la stratégie est bien rodée sur le réseau social de l’image. Des hashtags Nike, largement repris par la communauté, viennent engager l’audience. Ce sont les sportifs amateurs ou professionnels qui créent le contenu Nike, sans même que la marque ne leur demande !

Et sur Pinterest, honneur aux femmes ! Réseau social essentiellement utilisé par une cible féminine, Nike se positionne sur ce segment et fait volontairement l’impasse sur le reste de son écosystème.   

 

Nike devient un réseaux social à part entière

 

Fort de son succès sur les réseaux sociaux, Nike décide en 2009 de créer sa propre plateforme : Nike +. Cette application mobile est finalement un véritable réseau social à part entière. Les membres de la communauté Nike+ échangent, se motivent entre eux, se challengent …

Connectés entre eux grâce au fuelband, les joggers sont immergés dans le monde de Nike, ce qui renforce plus encore le sentiment d’appartenance à la communauté Nike.

Au siège Nike, 200 personnes sont en charge de la conception des applications mobiles. Il en existe une trentaine (Training Club, Football, NikeWomen…), dont la Nike+ Running Club, qui aurait été téléchargée plus de 30 millions de fois, un record dans la catégorie sportive. Un succès qui s’explique par l’aspect fun de la plateforme. Elle permet de visualiser et d’analyser ses performances, de programmer une playlist pour écouter de la musique durant l’entraînement, mais aussi de comparer ses progrès à ceux de ses amis et de les défier.

 

Une communauté active dans la vie réelle

 

Nike ne crée pas seulement des communautés online. La marque a réussi le pari fou de créer des communautés qui se regroupent régulièrement pour courir. C’est le Nike Running France, communauté très active sur Facebook. Ils se regroupent tous les mercredi à 19h, près de la Sorbonne. Des centaines de coureurs se retrouvent devant la boutique Nike. Des volontaires, rémunérés par la marque, ouvrent la course pour donner le rythme.

Il y a en moyenne 4 sessions par semaine à Paris. Pas besoin de porter la marque Nike pour participer, mais impossible de l’ignorer ! Des conseils prodigués par les coachs à la page Facebook Nike Running France où il faut s’inscrire au préalable en passant par l’application Nike+ Running Club qui permet d’analyser ses performances mais aussi de créer des groupes de running, difficile de ne pas se laisser emporter dans l’univers de la marque. 6 millions de personnes racontent leurs expériences, mettent en lignes leurs photos ou participent à des courses. La communauté de runners Nike est la plus grande du monde !

 

Un succès international sur tous les médias sociaux traditionnels ou créés par la marque et une viralité qui a atteint son paroxysme grâce aux communautés de sportifs, Nike a largement surpassé ses concurrents et a tout compris au monde digital, hyper connecté, nomade et instantané dans lequel nous évoluons.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.