Actu

NOUS SOMMES LES PRÉSIDENTS DES RÉSEAUX SOCIAUX

NOUS SOMMES LES PRÉSIDENTS DES RÉSEAUX SOCIAUX

Je serais le président des réseaux sociaux

Cela fait quelques années que les réseaux sociaux ont convaincu les jeunes, mais les politiques ont aujourd’hui l’envie de s’investir dans ces nouveaux médias.

Cette normalisation publique et cette abondance de nouvelle technologies ne sont pas tout à fait inconnues des politiques mais leurs utilisations et en-soi un grand pas souvent mal maîtrisé. L’intérêt des politiques est clair, c’est de maîtriser l’information. 

Nous sommes très loin des journaux qui arrivaient au petit matin…

Le deuxième intérêt est de se donner une nouvelle image, plus éloignée de ce que la presse véhicule. Cela permet de se focaliser sur d’autres valeurs qu’ils veulent promouvoir ou d’autres sur lesquelles ils veulent être associés.

Les candidats à la prochaine élection présidentielle ont anticipé ces questions, et veulent aujourd’hui se projeter pour gagner le “vote du Like.”

maxresdefault

Source : Donald Trump Vs President Obama – Youtube

Quelles sont les possibilités pour “utiliser” sa base d’abonnés ?

Cas Obama : élections 2012

La réélection de Barack Obama le 6 novembre 2012 met en avant cette tendance liée à l’utilisation de la base d’abonnées. Twitter a “battu les records !” : près de 31 millions de tweets durant la soirée. Le président des Etats-Unis, champion toutes catégories des réseaux sociaux, n’a pas changé de tactique. Pas besoin de boisson énergisante pour battre les records, mais une solide équipe de community manager. En juin 2011, le Guardian (quotidien d’information britannique) en dénombrait 750 ! Et après tout, pourquoi se priver d’une telle audience confortablement maîtrisée par une “armée de professionnels du social media” ?

Le candidat démocrate a frappé fort et de manière très maligne, à la fois dans sa campagne auprès des citoyens et dans sa stratégie online. Il a réussi à susciter davantage l’inscription sur les listes électorales qu’il y a 4 ans, à frapper à un plus grand nombre de portes, à passer un plus grand nombre de coups de téléphone, à envoyer encore plus d’emails, de messages Facebook et de tweets, tout en s’adressant à encore plus de gens.

La stratégie de communication du président Obama était basée sur deux orientations : une campagne traditionnelle à grande échelle combinée à une stratégie en ligne très professionnelle. Les gens ont tendance à faire de moins en moins confiance aux communications officielles ou aux membres de “l’élite politique”. Les médias sociaux constituent des outils exceptionnels pour convaincre les gens de voter pour un candidat et augmenter l’impact du bouche à oreille. Les médias sociaux joueraient-t-ils un rôle “d’amplificateur” de plus en plus important ?

Le like devient plus important que le vote ?

Cas Trump : élections 2016

“Le fait que j’aie eu un tel pouvoir en terme d’audience sur Facebook, Twitter, Instagram, je pense que cela m’a aidé à gagner tous ces Etats où ils [ses concurrents] dépensaient beaucoup plus d’argent que moi.” – Donald Trump, novembre 2016.

Donald Trump a utilisé les réseaux sociaux pour contourner les médias traditionnels, qui lui étaient majoritairement hostiles. Il a pu s’adresser à une part croissante de la population qui s’informe sur Internet et les réseaux sociaux, et bénéficier d’une caisse de résonance numérique. Avec près de 33 millions d’abonnés, sa stratégie repose sur l’immédiateté et la simplification des messages politiques. Trump a renouvelé la communication politique, même si on peut y voir une visée démagogique et un discours fortement manipulateur. Ce jeu d’acteur bien consolidé par la puissance des likes mène à laisser croire que ces derniers sont bien plus qu’une “trace digital flatteuse”, ils sont parfois décisifs même s’ils ne sont pas le seul facteur de succès. Nous en avons aujourd’hui la preuve… #NoComment

Rédaction : Arnaud LEFORT & Thomas MUCKENHIRN – ECS Paris

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.