Actu

Les réseaux sociaux pour les clubs de football : une source de problèmes ?

Les réseaux sociaux, des avantages mais aussi des risques

Téléphone et football

La transformation digitale et l’impact des réseaux sociaux est un sujet qui concerne toutes les entreprises aujourd’hui. Améliorer la notoriété de la marque, maximiser l’engagement avec sa cible, ou encore augmenter les ventes de son site sont des objectifs majeurs des entreprises sur les réseaux sociaux. Toutefois, de nombreux problèmes peuvent surgir lorsque la marque est exposée au public, c’est particulièrement le cas pour les clubs de football professionnels.

 Ces clubs ont un atout que de nombreuses entreprises rêvent d’avoir : une base de fans engagée et passionnée. Cet avantage peut cependant se révéler être un fardeau dans certains cas. Au travers de cet article nous allons analyser divers dangers des réseaux sociaux pour ces entreprises du sport et du divertissement.

Gérer la communication des joueurs

Une phrase à la fin d’un match, un citation tronqué peuvent provoquer de nombreuses spéculations quant à l’avenir d’un joueur. Chaque publication de joueur est ainsi observée de près par les fans et la presse sportive.

Beaucoup d’entre-vous ont dû entendre parler de “l’affaire Serge Aurier” où cet ex-joueur du Paris Saint Germain s’est mis à insulter ses coéquipiers et son entraîneur en direct sur périscope. Dans cet article nous allons plutôt nous concentrer sur un cas transalpin, moins connu en France.

Laissez-moi vous raconter l’histoire d’un jeune joueur italien, Alessio Romagnoli, né dans la région de Lazio, près de Rome. Enfant, il est avant tout supporter et décide de suivre des traces de son père en soutenant le club de la province le SS Lazio.

En grandissant, Alessio développe un talent certain pour le football et est détecté par un grand club du pays. Le seul problème est que ce club est l’AS Roma, le rival historique du club de coeur du jeune italien.

Malgré cette contradiction, Alessio gravit les échelons de la formation romaine jusqu’à parvenir à l’équipe première Giallorossa. Celui-ci n’arrive cependant à obtenir une place de titulaire, ce qui l’incite à quitter le club pour l’AC Milan lors du mercato de l’été 2015.

Romagnoli instagram LazioQuelques jours avant le transfert ne soit conclu, le futur joueur lombard publie une photo sur instagram où il porte le tout dernier maillot de la Lazio. Cette simple publication a déchaîné les supporters de la Roma, qui ont vu un acte de trahison du joueur. Une pluie de commentaires haineux ont suivi et ont atteint leur paroxysme avec des menaces de mort taguées sur le mur de la maison des parents d’Alessio Romagnoli.

Suite à cela, le transfert du joueur s’est conclu très rapidement…

Ainsi, au travers d’une simple publication instagram, le joueur à réussi à provoquer des réactions extrêmes de supporters qui ont accéléré son transfert. Les clubs doivent ainsi faire face à des situations provoquées par leurs propres joueurs.

A une époque sans réseaux sociaux ou presque (2005), Paulo Di Canio s’est fait connaître pour ses idées racistes et cette image forte, le montrant en train de réaliser un salut fasciste à ses supporters en tribune. Cette image est restée associée au club de la Lazio, et perdure malheureusement sur les réseaux de par l’action de certains supporters.

La difficile gestion des supporters

Nous avons pu le voir, l’image d’un club peut rapidement et profondément être dégradée par l’action d’un certain nombre de supporter et de joueurs. Aujourd’hui, plus encore qu’avant les réseaux sociaux, les supporters se font remarquer et échangent continuellement en ligne, sur des forums, des pages dédiées. Il n’est malheureusement pas rare de voir des comportements excessifs lorsque l’on se rend dans stade.

Ces actes, violent, racistes, parfois les deux ont tendance à se retrouver rapidement sur facebook, twitter ou youtube.  

La Lazio est malheureusement un exemple parlant de ce type de comportement. Si vous avez l’occasion de parler de ce club un amateur de football, il y a de grande chance qu’il ai en tête ces chants et actes condamnables.

Tweet maillot lazioTwitter Lazio Anne Frank

Comme on peut le voir à travers ces tweets, l’image du club est très entachées par ces scandales. Alors que faire pour y répondre ? Avant tout une politique doit être menée dans les stades italiens pour contrer ce phénomène et au niveau de la ligue pour sanctionner les responsables.

A l’échelle du club, un discours fort doit être établi pour condamner ces actes et se détacher de cette image. Cependant, le président de la Lazio a décidé d’en faire autrement.

Après de premiers chants racistes en 2013, Claudio Lotito promettais des actions fortes : “Nous devons clarifier et punir ces incidents où les supporters participent à ces comportement racistes”. Quelques années plus tard, en 2016, en réponse à des cris de singes “ Ce n’est pas du racisme, des noirs jouent aussi pour la Lazio ! ”. Voici une bonne manière de discréditer le club et de renforcer cette mauvaise image.

Comment réagir ?

Dans l’exemple cité précédemment, des sanctions fortes doivent être prises aussi bien par le club que par la ligue de football. Dans ces moments de crises la communication envoyée à l’externe peut être décisive pour l’image du club.

A une échelle moindre, les clubs professionnels se doivent de rester vigilant et de répondre aux attaques qui pourrait nuire à leur image. Au quotidien, des “trolls” ou des pages parodiques s’amusent à associer l’image d’un club à des idées. Par exemple, les pages facebook “soccermeme” ou « Qu’en pensez-vous Arsène ?” partagent régulièrement des “memes” et images liés à l’actualité du football. Ainsi Arsenal est associé à la 4e place, Barcelone à “L’Uefalona”, l’arbitre Clément Turpin à l’Olympique Lyonnais.

Les clubs ne peuvent ainsi pas répondre à toutes ces attaques, mais doivent être sélectif dans leurs réponses pour ne pas donner du crédit à leurs interlocuteurs les plus virulents.

Le FC Metz a été vigilant sur son compte Twitter en répondant au journal l’équipe qui a remplacé le logo officiel par un logo réalisé par les supporters d’un club rival.

En conclusion, la communication digitale des entreprises peut avoir une force particulière et en ce qui concerne les clubs de football, l’influence peut être encore plus importante.

Les clubs et les joueurs sont tellement suivis, que le moindre geste, le moindre faux pas peut être préjudiciable.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.