Les agences digitales appelées à se réinventer.

Les agences digitales appelées à se réinventer.

La déferlante des produits nomades, la flexibilité du temps de travail, la nouvelle gestion du temps et des itinéraires et l’externalisation de certaines fonctions sont autant de tendances qui façonnent la conception du travail dans la génération actuelle des communicants. Affiner sa réflexion sur les phénomènes de mobilité à donner l’impulsion aux entreprises d’offrir à leurs talents la liberté de concevoir et d’interagir au delà des frontières physiques.

A l’heure de l’évolution des mentalités sur la sécurité de l’emploi et de la remise en cause des modes de rémunération, la vocation des acteurs du digital n’est pas celle de l’expert mono-tâche mais celle de l’entrepreneur indépendant et intelligent. Les praticiens des marques et les agences fragilisées par leurs modèles sont à l’aube d’une nouvelle donne. Ces nouveaux entrepreneurs savent repérer les multipotentiels, managent leurs équipes de manière convaincue et prônent l’hyperspécificité des métiers. Devant la concurrence nouvelle des agences de conseil en stratégie et celle, encore naissante, des plateformes d’intermédiation, émerge d’entres les pixels de nouveaux modèles d’agences.

 

Pousser à se réinventer, des agences ouvrent la voie à une autre gestion des talents et innovent dans leur conception de leur modèle. La tendance se transforme en parti-pris et le salarié en freelance. Les agences doivent pouvoir vivre de leur expertise, une expertise qu’il faut considérer à travers le prisme digital, aussi adaptable que son secteur.  L’éclatement des métiers stimule l’innovation et permet aux agences de revendiquer une nouvelle compétence : l’intelligence sociale. Au sein de ses structures novatrices, outre le diagnostic stratégique, la mission de l’agence digitale doit s’inscrire dans la capacité d’endosser la vision de leurs clients et leur faire correspondre les meilleurs talents du web dans le souci constant d’optimisation des budgets.

« Ces nouveaux entrepreneurs savent repérer les multipotentiels, managent leurs équipes de manière convaincue et prônent l’hyperspécificité des métiers. »

Biberonné au modèle des Pure-players, les freelances poussent sur la toile à travers l’avènement de nouveaux outils dédiés. Savoir reconnaître la valeur des idées et les faire converger dans l’entonnoir des territoires de marque est la singularité des nouveaux modèles d’agences digitales qui font de leur taille un véritable atout.

 

Les grands groupes voyant le digital peser sur leurs parts de marché n’envisagent pas un futur sans salariés mais les profils surqualifiés dopés aux longues études et aux voyages refusent de plus en plus l’ecole du salariat. Leurs lourdes hierarchies est aujourd’hui victime de l’hyperspécialisation professionnelle que leur fait valoir cette nouvelle génération brillante, nomade et indépendante. Entre strat-ups et nouveaux business model, le repositionnement de certains s’annonce délicat et remet en question les valeurs fondatrices des agences :  le processus créatif de ce DA conviendra-t-il à tel ou tel client ? Le planneur stratégique aura-t-il une experience suffisante du secteur pour cerner ce client ?

« L’éclatement des métiers stimule l’innovation et permet aux agences de revendiquer une nouvelle compétence : l’intelligence sociale. »

Les nouveaux modèles d’agences digitales reconnaissent dans les réseaux humains et l’expertise stratégique la valeur des agences de communication du futur. Les budgets ne servent plus à nourrir de gros salaires doublés de gros ego mais financent l’activation de profils freelance adaptés aux clients. 

La course à l’innovation et l’evolution perpétuelle des languages de code dont est victime le secteur ne permettent pas de pérenniser les emplois. Ce même secteur valorise l’autonomie et les personnes ayant décider de s’y épanouir se retrouvent toutes autour de la même aspiration : Do it yourself . Learn it yourself.

C’est dans l’ombre des self-made-man de demain que se construit les agences digitales d’aujourd’hui. Chacun saura proposer son expertise, son « Unique Sell Proposition » et cet element différenciant deviendra la valeur ajoutée pour les agences digitales qui auront su les repérer.

Les agences digitales explosent et se désarticulent, les auto-entrepreneurs fleurissent, les expertises se veulent de plus en plus pointues,  la guerre des egos cessent : les agences digitales se réinventent et remettent l’humain au centre du code.

Do it yourself . Learn it yourself.

Par Léna Ammari de l’Amilion & Clément Hervochon

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.