Actu

Le pouvoir des influenceurs face aux marques

Avec l’arrivée de Youtube, Instagram et autres Twitter, Internet a vu émergé une toute nouvelle forme de notoriété : les influenceurs. De 5000 à 10 millions d’abonnés, ces influenceurs sont une mine d’or pour les marques. En effet, ils possèdent une communauté souvent très fidèle et à l’écoute, qui ont confiance en les propos des influenceurs. Mais attention, un partenariat mal réalisé peut vite tourner à la catastrophe. Pire, plusieurs blogeurs et Youtubeurs commencent désormais à dénoncer des marques non-écolos ou aux pratiques peu éthiques, entachant en même temps l’image de la marque.

Relation influenceurs & marques

A l’avenir, chacun aura son quart d’heure de célébrité”, ces mots prononcés par Andy Warhol en 1968 prennent désormais tout leur sens depuis l’arrivée d’internet. Nul besoin d’avoir un talent spécifique; une opinion, un mode de vie ou une personnalité suffisent maintenant à rameuter les foules. Et pas n’importe quelle foule : une “communauté” soudée qui retrouvent en leur influenceur une “grande soeur”, un “pote” ou un réel conseiller.

Et ça, les marques l’ont bien compris. Depuis quelques années, les influenceurs sont devenus de réels produits marketing. Tandis que les marques arrivent rarement à créer une relation de confiance avec le consommateur, il suffit qu’un influenceur prenne le relais dans une vidéo ou dans un article en parlant d’un produit positivement pour que les consommateurs passent à l’acte d’achat sans hésiter. En revanche, ce tout nouveau modèle de communication pour les marques a essuyé quelques échecs. Peu habitués à travailler avec des partenaires qui mènent la danse dans leurs contrats et leurs façons de faire, quelques marques et produits ont connu un échec cuisant sur les réseaux sociaux. Comme par exemple la marque de bougie “My Jolie Candle” qui a proposé un partenariat un peu trop prétentieux auprès des influenceurs. Mariel, du blog de Neroli, a révélé le contrat proposé par la marque sur Twitter.

 


Bad buzz pour les marques

De là, un bad buzz commence pour la marque : 585 retweets et 86 réponses, dont d’autres influenceurs qui viennent appuyer les propos de la jeune Mariel et dénoncer ce genre de contrats. En effet, ils sont, à leur sens, à l’encontre de ce pourquoi ils tiennent des blogs ou des chaînes Youtube : leur liberté et leur sincérité envers les internautes.

Mais cela n’a pas été un bad buzz seulement pour la marque, mais également pour les autres influenceurs qui ont accepté le partenariat sans n’avoir prévenu leurs abonnés de ce partenariat. S’en suit un effet boule de neige bien connu des réseaux sociaux.

La transparence avant tout

Ce genre de partenariats révélés, les internautes ne font qu’accroître d’autant plus leur méfiance envers les marques et leurs influenceurs. Les nouvelles générations Y et Z ont soif de transparence, quoi de mieux que les réseaux sociaux pour permettre de faire connaître des vérités et en conséquence, de pointer du doigt, si besoin, des marques que trop peu recommandables. Des influenceurs vont plus loin : quotidiennement, dans leurs vidéos, ils dénoncent les marques qu’ils jugent peu éthiques et proposent eux-mêmes une nouvelles façon de consommer. Du minimalisme au bio, ces youtubeuses ou bloggeuses donnent de nouvelles astuces et sont lues et écoutées par des milliers d’internautes. Dans une interview, Laetitia de la chaîne “Le Corps La Maison L’Esprit” déclare “« Le but d’avoir un blog, c’est de se positionner. Si j’arrive à empêcher ne serait-ce que dix personnes à ne pas acheter chez L’Oréal, c’est gagné ! ». Ces centaines d’influenceurs sont eux-mêmes en train de changer les habitudes des consommateur, au grand dame des groupes qui tentent en vain de proposer des partenariats avec eux, souvent refusés.

En revanche, un partenariat réussi est, à coup sûr, un buzz positif pour les marques et une visibilité assurée comme en prouve cette collaboration entre le célèbre Youtubeur Casey Neistat et la marque Nike :


Tous ces exemples tendent à prouver que plus un influenceur choisit mal la marque ou que la marque choisit mal son influenceur, plus le partenariat paraîtra faux aux yeux des internautes et risquera de ne pas fonctionner. A contrario, plus un partenariat sera cohérent et en adéquation avec les valeurs de l’influenceur, plus l’influenceur mettra en avant la marque et ses produits. A eux de faire le bon choix.

Article rédigé par Manon Wojtenka