Actu

Le digital s’invite dans les musées

photo credit : Adeline Pille

Quand on parle d’expositions de nos jours, l’image poussiéreuse des musées est loin. Grâce au digital, en quelques années seulement, les musées ont subi un changement de positionnement. Le digital est présent partout et s’invite désormais dans les musées pour accompagner les visiteurs au fil de leur visite. Plan interactif, application, réalité augmenté… révolutionnent les visites culturelles et rendent votre expérience bien plus immersive.

 

Focus sur les musées 2.0

Une grande majorité des musées du monde entier ont su saisir l’opportunité de la révolution digitale et des nouvelles technologies pour attirer plus de visiteurs. Alors quels sont les moyens utilisés et lesquels se démocratiseront à l’avenir ?

 

  • L’application

La plupart des musées en possèdent une afin de guider les visiteurs avec les informations générales. Ils peuvent également leur donner des précisions sur les œuvres, collections et événements ponctuels.

 

  • Le plan interactif

Il permet généralement d’organiser sa visite. Le visiteur consulte les œuvres et le contenu de chaque salle à voir absolument selon le jour de visite prévu. Les visiteurs pourront ainsi personnaliser leur visite en ajoutant un parcours de priorité et d’envie selon le temps dont ils disposent.

 

  • La réalité augmentée

Cette technique permet de superposer un visuel en 2D ou 3D à la perception du réel à travers la camera. Cela permet de faire voyager le visiteur en donnant vie à des œuvres ou en leur montrant une version avant/après du lieu visité. Utilisée en 2015 au musée du Quai Branly et plus récemment au Musée d’Orsay (Paris), la technologie permet alors  aux visiteurs de se promener dans la toile L’atelier du peintre de Gustave Courbet. La technologie est également utilisée en remplacement de l’audio guide; à l’image de la visite de la Casa Batlló à Barcelone. Grâce à une tablette le visiteur est plongé dans l’univers de la famille Batlló à l’époque où celle-ci y vivait et découvrir le mobilier d’origine. La réalité augmentée contient aussi des animations mettant en lumière le symbolisme de Gaudi et toutes les formes organiques du bâtiment qui lui confèrent sa richesse esthétique.

 

 

  • L’œuvre numérique

Aujourd’hui les œuvres numériques prennent de plus en plus d’ampleurs lors des expositions et dans les musées. Grâce à de l’affichage dynamique et des vidéos projecteurs, le visiteurs est intégré à l’œuvre d’une façon plus moderne et interactives.

 

  • Les réseaux sociaux

Enfin les réseaux sociaux font office de relais et de connexion avec le public. Ils permettent d’annoncer les prochaines expositions, prolonger la relation avec les visiteurs mais aussi de partager les événements spéciaux avec ses derniers. The Broad Museum (Los Angeles) entretien et renforce sa relation avec son public quotidiennement en postant des snaps sur les œuvres et leur histoire. Les réseaux sociaux permettent également de faire vivre des événements VIP aux internautes n’ayant pas pu se rendre au musée. Le Tate Museum (Londres) fait régulièrement des Facebook live. Au programme : previews d’exposition, interviews et performances sur sa fanpage.

 

 

Et la suite ?

Pour une expérience éducative et ludique, les musées pourront opter pour les beacons. Cette technologie permet de géolocaliser les visiteurs et leur envoyer des notifications push tout au long de la visite. Le musée pourra alors leur donner des informations sur les oeuvres et le musée en général.

Le progrès ne s’arrête pas là ! A l’instar d’autres secteurs d’activités qui les ont déjà adoptés, les hologrammes et la robotique pourront aider le public lors de leur visite.

Enfin grâce à l’Oculus Rift, plus besoin de se déplacer dans les musées pour découvrir les œuvres. Avec le casque de réalité augmenté, vous pourrez même visiter les musées qui n’existent plus physiquement. C’est l’initiative du Museum of Stolen Art qui s’est basé sur les répertoires de tableaux et sculptures disparus du FBI et d’Interpol pour créer ce projet inédit. Désormais les œuvres disparues peuvent revenir à la vue de tous et depuis votre maison.

 

Alors pour ne pas finir relégués au département des fossiles, les musées ont tout intérêt à adopter ses nouveaux modes d’interaction. Le but : démystifier et rendre accessible à tous ce secteur un peu élitiste.

 

 

Article rédigé par Adeline Pille.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.