Actu

Google +, le – de Google ?

Sorti le 28 juin 2011, Google organise son offensive en lançant sur le marché son nouveau réseau social, sobrement nommé Google+. Après plusieurs tentatives pour s’implanter dans le secteur, Google+ apparaît comme le produit le plus abouti pour concurrencer son principal concurrent, Facebook, avec un lancement globalement réussi.

Néanmoins, la contre attaque de ce dernier fut réactive avec une évolution à l’image de Google+, présentée lors du F8.

Ainsi, cette création réussira-t-elle à gagner la bataille sur le marché des réseaux sociaux ? Il y a-t-il donc une place pour un concurrent face à Facebook sur la toile ? Mais surtout Google+ est-il finalement un concurrent de Facebook?

Google +, une création à l‘écoute des besoins

Ce n’est pas la première tentative pour Google de se lancer dans la course aux réseaux sociaux. Il y a déjà eu Wave ou encore Buzz mais c’est bien le premier à montrer une si forte ambition. 
Le principe de Google+ part d’une analyse contextuelle simple. Les réseaux sociaux sont nés de notre envie de nous exprimer et de partager. Mais de là apparaît le problème des audiences. Il est vrai que comme dans la « «vraie » vie, off line, qui nous sommes dépend du contexte et des personnes avec lesquelles on discute. Nous ne nous adressons pas de la même manière en tant que collègue, ami, parent ou enfant. Nous avons donc tous plusieurs identités. Partant de ce constat, Google+ introduit le principe des « cercles » grâce auxquels l’internaute peut segmenter son audience et donc partager ce qu’il a envie de partager avec certains groupes. Le positionnement de Google+ est d’être le premier réseau social qui offre la possibilité de mieux contrôler avec qui l’on souhaite partager ses communications.


Doté d’un design sobre et élégant, Google+ est à première vue un mélange entre Facebook et Twitter. Tout comme sur Facebook, chaque internaute a un flux d’actualités sur la homepage. Il peut également poster des statuts, des photos, des liens,… Ces contenus peuvent être par la suite commentés et partagés par les autres utilisateurs. Et comme sur Twitter, nous pouvons être tenu au courant des communications de personnes que nous ne connaissons pas personnellement comme des personnalités publiques.

Les + de Google+


 Google+ veut se différencier par quelques fonctionnalités :

+ Cercles qui permet de définir les cercles (amis, relations professionnelles, famille ou d’autres à créer) avec lesquels on peut décider ou non de partager. La pratique est très simple et naturelle.
+ Déclics permet de rechercher des contenus originaux et contagieux au sein même de Google+ pour inspirer les conversations entre utilisateurs. Un thème recherché peut être partagé avec le cercle choisi. Une source de contenu enrichissante en somme.
+ You un nouvel onglet qui fait son apparition dans la barre de navigation Google pour pouvoir accéder à Google+ à tout moment. C’est bien là la chance de s’appeler Google+ et d’appartenir au premier moteur de recherche mondial. Google aurait bien tort de ne pas saisir l’opportunité de simplifier l’accès à son réseau social. Mais cette technique n’a pas suffit à Buzz de créer l’évènement pour autant.
+ Les vidéos-bulles, la messagerie instantanée Gmail en version améliorée. Google tacle par la même occasion ici Skype… Pour pouvoir être plus spontané selon Google.
+ Clique, la fonction qui permet de créer un événement… Un chat entre cercle ni plus ni moins. Efficace plus qu’innovant.
+ 1. Le bouton +1, le « like » de Facebook en quelque sorte, est un moyen de recommander des contenus qui nous ont attirés sur le web. Nous pourrions par la suite les partager sur Google+ en ajoutant un commentaire et en choisissant les cercles de notre choix.

Découvrez la  vidéo officielle de présentation.

Un lancement + en couleurs

Pour combler un retard patent dans le domaine des réseaux sociaux, le projet Google+ est dévoilé le 28 juin 2011. Un lancement dans un esprit de teasing lorsqu’on sait que la marque a convié les profils les plus influents dans le domaine tels que des journalistes du web, les bloggeurs sur les NTIC et autres geeks. Ce « small world » a été le premier privilégié à accéder à la version béta test, et attention, uniquement sur invitation Mesdames et  Messieurs ! D’autre part, iOS et l’Android ont été les premiers systèmes d’exploitation à bénéficier de la version mobile avec la promesse par Google de compléter progressivement les fonctionnalités dont une mise en bouche a été dévoilée sur son site officiel.

Un moyen efficace de susciter un sentiment de reconnaissance pour pousser au BAO et le suspense qui a créé un véritable buzz. Google a même dû restreindre les inscriptions quelques jours après le lancement. Info ou intox ? Nous ne le saurons certainement pas. Toujours est-il qu’un mois après le lancement, Google+ comptabilise 25 millions d’inscrits lorsque Facebook a mis 3 ans pour les atteindre. Le chiffre est pratiquement doublé moins de trois mois plus tard. Le moteur de recherche a su analyser les faiblesses de ses concurrents pour en faire ses forces et son argumentaire commercial. Il se veut devenir la plateforme unique à tous nos contacts aussi bien personnels que professionnels. D’ailleurs, Google+ ne se qualifie pas comme étant un réseau social mais comme un outil d’identité numérique par excellence.

C’est grâce à une communication de lancement subtile et de qualité que Google a su attirer toute l’attention sur son réseau social.
Lors de son ouverture au grand public, en Juillet 2011, Google a créé l’évènement en affichant une flèche bleue sur sa page d’accueil amenant l’œil de l’internaute directement sur l’onglet « +you » d’entrée sur le réseau social. D’ordinaire laissé très sobre et épuré, la page d’accueil du célèbre moteur de recherche a su mettre l’accent sur son nouveau service. Il est vrai qu’avec 1 milliard de visiteurs sur sa page, la publicité créative ne passe pas inaperçue. Preuve éventuellement des bonnes intentions que Google a sur son nouveau projet…

Toutefois, le meilleur démarrage dans l’histoire des réseaux sociaux connaît un fort ralentissement avec l’essoufflement de la curiosité des internautes. En effet, quelques chiffres peu encourageants ont été observés ces derniers temps avec une chute de fréquentation de près de 60%, peu de temps après son ouverture au public. Google+ incite donc ses membres à faire évoluer leur compte en compte réellement actif. A titre d’exemple, Google+ annonce, tristement, à un utilisateur ayant une dizaine de contacts, « Rien à découvrir pour le moment… Essayez d’ajouter des contacts à vos cercles ».


Facebook contre-attaque !

 Le géant mondial Facebook tient à garder son monopole sur le marché. Il ne laissera aucune chance à ses concurrents !
Suite à l’arrivée de Google+,  Facebook réagit très rapidement avec sa nouvelle version lancée en grande pompe à la conférence f8 : LA solution pour atténuer l’arrivée de Google+ sur la toile. Facebook a intégré de nouvelles fonctionnalités à son interface.

Nombre d’entre nous ont déjà tenu un journal intime où l’on pouvait intégrer ses photos, ses souvenirs, coller ses billets de cinéma, de concerts, raconter ses petites histoires. Nombre d’entres nous (les plus courageux) peuvent ressentir le besoin d’écrire leur autobiographie. Là encore, Facebook a  frappé fort. En plus de ses nouvelles fonctionnalités, de sa nouvelle ergonomie et de sa nouvelle version, très réussie sur iPhone notamment, Facebook a créé : La Timeline, Votre Journal.  Une communication importante s’est faite à la suite de la conférence du f8, les nouvelles fonctionnalités prouvent encore l’importance et le pouvoir de Facebook sur les médias sociaux.

Comme Google+, Facebook a mis en place la possibilité de « compartimenter »  ses amis, avec la smart list, en fonction des différentes relations. La question est de savoir si Facebook avait déjà pensé à cette évolution ou si la firme a réagi très efficacement face à l’arrivée de son concurrent et son concept de « cercles » ? Anticipation ou réaction ?
Récemment, Facebook a aussi créé un partenariat avec Skype, des appels vidéo sont maintenant disponibles. Encore une façon de prouver le pouvoir et la présence de Facebook. Qu’est-ce que Facebook nous réserve-t-il encore ?

Google+ est-il un remake de Facebook ? Les fonctionnalités apparentes y sont identiques.
Cependant, l’ergonomie de Google+ est beaucoup plus intéressante que Facebook, notamment avec le concept des « cercles » où nous pouvons y glisser nos contacts dans ceux-ci en fonction de nos relations ou peut-être est-ce la nouveauté qui intrigue ? En tout cas, Google+ a su rendre le concept original tout en réussissant à se différencier de Facebook, qui en réagissant efficacement certes, a montré qu’il n’était pas tant serein face à l’arrivée de Google+. Et puis, l’arrivée de Google+ n’est-il pas une bonne chose pour concurrencer le géant Facebook et le détrôner ?

De plus, Google+ a su tirer les bénéfices des erreurs de Facebook face au problème de la confidentialité. En effet, à contrario de Facebook, l’accès aux paramètres de confidentialité est beaucoup plus intuitif sur Google+ alors que c’est un sujet très controversé actuellement sur la nouvelle version de Facebook. Et les utilisateurs Facebook sont de plus en plus inquiets à propos de la sécurité et la confidentialité de leurs données. Une opportunité pour Google+ ?

Google devrait en faire +

Il semble difficile aujourd’hui d’identifier la place exacte de Google+ sur le marché des réseaux sociaux. Avons-nous le temps d’utiliser encore un autre réseau social ?  Les utilisateurs n’arrivent-ils pas à saturation ?

Rien n’est encore pourtant joué pour Google+. Les chiffres sont impressionnants.

On observe clairement un intérêt pour le réseau social. Le déclic peut avoir lieu. A Google maintenant de transformer l’essai et d’éviter le retour de flamme. L’effet de la coquille vide.

Google+ reste une interface séduisante et très opérationnelle. Il faut réellement que Google se définisse haut et fort comme rassembleur de réseau social. Ce n’est pas simple de convaincre les utilisateurs de Facebook de se reconvertir à un nouveau réseau social, à combattre les anciennes habitudes. Mais sommes nous réellement accros à Facebook, ou au lien continu qu’il nous permet d’entretenir avec nos proches?

La réputation du réseau social de Mark Zuckerberg semble décroitre et ce n’est pas les multiples affaires connues en matière de confidentialité de nos profils qui arrangent son image. On n’a pas fini d’en entendre des plus belles encore

Le tout nouveau réseau a une riche possibilité d’usage et cela doit être mis en avant comme un atout. Nous sommes dans une période où nous jonglons entre plusieurs plateformes sociales, qu’elles soient professionnelles, générales ou très pointues. Pourquoi ne pas imaginer Google+, non pas en tant que « simple » concurrent de Facebook, mais de tous les réseaux sociaux !
Quel dommage donc que Google ait peur de l’échec et qu’il présente Google+ comme un service et non pas un produit, tandis qu’il considère Gmail ou Youtube, de véritables succès, comme des produits…

Si Google continue à rester en retrait et à ne pas oser se lancer corps et âmes dans l’aventure, Google+ est voué à un avenir à l’image de Buzz….
A Google donc de dynamiser maintenant son réseau et ainsi donner envie à ses millions d’inscrits de partager, de discuter et de se géolocaliser… Mais avant tout en proposant un contenu exclusif à ses utilisateurs également, comme tout bon community manager! Voilà peut-être pourquoi Google incite aujourd’hui les entreprises à créer leur compte Google+, il  faut dire qu’en matière de savoir faire et de référencement Google a des atouts non négligeables…

Ne serait-ce donc pas à Google de nous entraîner dans son élan + qu’à l’utilisateur de s’investir ? Quelle sera la stratégie de Google dans les mois à venir ? Et quelle sera alors la réaction de Facebook et même des autres réseaux sociaux ?

Rachel So – Géraldine Bonnel – Céline Gauthray

1 Comment

  1. […] confrère du Like de Facebook, sa messagerie instantanée ou la sortie de son propre réseau social Google + il y a quelques mois de cela. Ces services restent bien distincts les uns des autres avec une […]

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.