Actu

Films et séries : une nouvelle consommation sur le web

Il y a encore quelques années, nous affichions fièrement notre collection de Cassettes VHS, de DVD et plus récemment de blu-ray. Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Que sont-il devenus ? Et plus largement, à l’heure du digital, quelles sont les nouveaux modes de consommation de films et séries ?

 

L’évolution du processus d’achat de films et séries

Un cinéphile lambda des années 2000 avait pour habitude d’aller au cinéma et d’acheter dans l’année qui suit le DVD ou la cassette de ce même film pour le regarder de façon illimitée à la maison. En parallèle, les sites de téléchargements illégaux et de streaming envahissent peu à peu la toile pour, in fine modifier complètement notre approche du 7ème art. A la suite de cela vient le développement des box par les opérateurs proposant, en plus des dizaines de chaînes de télévision, un service de location de films et de série. Entre 2 et 6 euros selon l’ancienneté et la qualité de l’image du film, nous pouvons louer à tout moment un film sorti d’une large sélection.

Au delà de ces locations, nous faisons face à une nouvelle folie sur le web : les abonnements aux sites proposant les contenus en illimité. Le plus connu des tous, Netflix propose une sélection très large de films, séries et documentaires à regarder. On retrouve également Amazon VOD sur le marché : pour moins de 7$, vous avez à disposition en illimité 40 000 films et séries.

 

netflix, films

 

Quelles réponses à ce changement de comportement ?

Selon l’institut Gfk, le chiffre d’affaire des éditeurs est passé de 1,38 milliards d’euros en 2010 à 690 millions d’euros en 2015. Une baisse phénoménale en un temps record. Mais comment pouvons-nous expliquer ce phénomène ?

Le prix bien-sûr ! Si nous comparons le prix d’un blu-ray, avoisinant les vingts euros l’unité et trente-neuf euros pour une unique saison de la dernière série sortie, et le prix d’un abonnement Netflix à moins de dix euros…. le choix est relativement rapide.

D’ordre général, les consommateurs sont entrés dans l’ère du “je veux tout, tout de suite”, et du confort de “je peux tout faire de chez moi grâce à Internet”. Si nous nous intéressons également à d’autres tendances d’achat, nous pouvons constater plusieurs points.

Les commandes de courses en ligne ont explosé depuis trois ans, de la même façon que le nombre de réservations en ligne de solutions de transports ou d’hôtels dans l’organisation d’un voyage. Les chiffres du e-commerce sont également très parlants : pour l’année 2016, la croissance du e-commerce est évalué à 15% pour 35 millions de consommateurs Français. (source : Fevad pour JDD)

Au delà du prix et de la tendance du “je veux tout, toute suite”, il est à noter une réelle évolution comportementale sur la possession des objets. En effet, les consommateurs sont de moins en moins dans l’acte d’achat, de la démonstration et de la possession. La preuve en est par l’explosion du site Le Bon Coin : nous achetons pour revendre afin de racheter pour répondre à un nouveau besoin. L’ensemble se justifie également par la dématérialisation des besoins, bien des actes de la vie d’un citoyen peuvent être effectués via son ordinateur. Prenons l’exemple des banques en ligne, il est tout à fait possible de souscrire à un prêt en quelque minutes depuis son canapé. 

L’avenir nous proposera probablement bien d’autres sites et application qui à la aiguillerons nos soirées mais rendrons notre quotidien plus facile !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.