Actu

Digital et adolescence

C’est le résultat de l’étude aux USA sur plus d’1 million de personnes. Les jeunes sont moins heureux en passant du temps sur les dispositifs digitaux commes les smartphones et autre ordinateurs portables. La clef pour éviter cela? En limiter l’utilisation à seulement quelques heures par jour .

Si nous avions le doute que les outils digitaux rendaient moins heureux les jeunes, nous en avons maintenant la confirmation grâce à cette étude qui a analysé justement la relation entre adolescents, bien être psychologique et “screen-time”, c’est à dire le temps passé devant aux écrans digitaux, en chat, navigation ou encore en jouant sur internet. Les auteurs de l’étude et des psychologues de l’université de S. Diego et de la George, ont utilisé la data du “monitoring the future”, un sondage national Américain en cour depuis des dizaines d’années et financé par le gouvernement qui analyse comportements, habitudes et valeurs de plus d’un million d’étudiants âgés entre 14, 16 et 18 ans en les soumettant à des questions sur le temps passé sur les smartphones, tablet et ordinateurs, sur la qualité et la quantité des interactions sociales dans le monde “non digital” et sur leurs bonheur en général.

La recherche, qui a été publié sur Emotion (le magazine de l’association de psychologues américains) a eu plus d’un but : Le premier, documenter grâce aux informations donnés par ce que a été dit par les adolescents mêmes, la tendance du bien-être psychologique comme le bonheur, la satisfaction de soi mêmes, la satisfaction dans la vie… à partir de l’année 1991. Le deuxième, rechercher les possibles mécanismes qui sont cachés sous le parcours du bonheur dans le temps en se focalisant en particulier sur le temps passé devant l’écran.

Le 2012, l’année du déclin :
L’estime de soi, la satisfaction pour la vie et donc le bonheur, ont eu un déclin après l’année 2012. Selon les auteurs, celle-ci est l’année dans laquelle désormais plus de la moitié de la population américaine était en possession d’un smartphone. Ce qui a changé dans la vie des adolescents entre le 2012 et le 2016, est la quantité de temps passé sur les dispositifs digitaux en dépit des activités sociales et des heures du sommeil. Et c’est bien l’arrivée des smartphones qui peut donner une explication à cet improvis déclin du bien-être psychologique des adolescents.

L’abstinence n’est pas synonyme de bien-être psychologique !
Selon les résultats de l’étude, c’est à partir d’une heure passée devant les écrans que l’on devient moins heureux, à l’augmenter du screen-time. La clé du bonheur est donc l’utilisation limité des technologies et non pas nécessairement l’abstinence. Quel est le conseil donné par les experts aux adolescents et à leurs familles? “Ne pas passer plus de deux heures par jour sur les médias digitaux et essayer de passer plus de temps avec ses proches, en faisant de l’exercice physique afin de faire d’une pierre deux coups et assurer le bonheur” a expliqué jean M.Twenge, co-auteur de l’étude et professeur de psychologie à S.Diego.

Lucrezia Debernardi & Camille Genty

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.