Actu

Fermeture de Megaupload : Coup de maître ou Coup pour rien ?

MegaUpload était le 13ème  site web le plus visité avant sa fermeture le 19 janvier dernier par le FBI. Quels sont les enjeux de l’arrêt de MegaUpload ? Le site était-il dangereux ? Quels sont les effets de cette fermeture ?

 

Qui étais-tu vraiment ?

Fondé en 2005 par Kit Dotcom allias Kim Schmitz, MegaUpload proposait un service en un clic. Le site, basé à Hong Kong, possédait des serveurs aux États-Unis (à Ashburn et à Washington), aux Pays-Bas et au Canada.

MegaUpload permettait à un internaute de mettre en ligne n’importe quel type de fichier dans la limite de 1 Go pour les utilisateurs libres, et sans limite pour les utilisateurs Premium. Le fichier était alors disponible à n’importe quel internaute au moyen d’un lien. A noter que la société MegaUpload Limited comprenait les sites MegaUpload, Megaporn, Megavideo, Megalive et Megapix.

Ainsi on pouvait télécharger 170 millions de fichiers regroupant de la musique, des films, des séries… le tout gratuitement et 7j/7.

 

Un poids lourd du web

Les chiffres colossaux avancés par le FBI (qui peuvent donc être contredits) sur la galaxie MegaUpload ont de quoi donner le vertige :

  • 150 millions d’utilisateurs enregistrés
  • 50 millions de visiteurs uniques par jour
  • Un trafic égal à 4% du trafic mondial d’Internet
  • 25 petabytes de stockage et 525 serveurs mis à disposition par l’hébergeur Carpathia (US)
  • 630 serveurs loués aux Pays-Bas auprès de Leaseweb
  • 110 millions de dollars auraient transité sur le compte PayPal de MegaUpload (novembre 2005 à juillet 2011)

 

Sopa & Pipa: à la base de la fermeture Megaupload !

Le fondateur Tim Dotcom est accusé de violation de droit d’auteur à hauteur de 500 millions de dollars mais aussi association de malfaiteurs, racket et blanchiment d’argent ! Rien que ça…

À la base de cette arrestation il y a les projets de lois SOPA et PIPA. Des lois Hadopi américaines mais en 100 fois plus sévères. En effet, ces mesures sont jugées démesurées et intrusives, contraires à la liberté. Le point le plus contesté est celui du blocage pur et simple de sites internet jugés illicites. Ainsi, ces sites disparaitraient des moteurs de recherche et seraient bloqués par les fournisseurs d’accès à Internet.

Pour le moment, ces projets de lois sont reportés.

 

Pour montrer leur mécontentement les acteurs de l’Internet ont décidé de passer à l’acte : mercredi 18 janvier a été instaurée une journée de black-out : en forme de protestation, certains sites ont été fermés, comme Wikipedia anglophone, tandis que d’autres comme Google ou WordPress alertaient leurs utilisateurs et les invitaient à signer une pétition.

Cette mobilisation a bien fonctionné et en l’espace d’une journée le rapport de forces au Sénat s’est inversé : alors que le 18 janvier ce projet comptait 80 soutiens et 18 opposants, dès le lendemain 101 opposants prenaient l’avantage sur 65 sénateurs favorables.

Un renversement de situation qui montre à quel point, les grands acteurs du web sont puissants…

 

L’hydre Megaupload

C’est une image qui a été utilisé dans certains médias mais elle correspond tout à fait à la situation. Pour rappel, l’hydre est une créature mythologique à la caractéristique particulière. Quand on lui coupe la tête, deux autres repoussent. C’est exactement ce qui risque de se passer avec la fermeture de MegaUpload.

Car il n’y a pas besoin d’être un génie de l’informatique pour trouver d’autres sites de téléchargements gratuits. Nous pourrions citer Fileserve.com, FileSonic.fr, VideoBB.com et bien d’autres qui proposent exactement les mêmes caractéristiques que MegaUpload. D’ailleurs, nul doute que depuis la fermeture de MegaUpload, le trafic de ces sites a augmenté. C’est en cela que le coup d’éclat du FBI est à relativiser.

Edouard Barreiro, membre de l’association de consommateurs UFC Que Choisir en charge des TIC annonce que la tâche pour les autorités va se complexifier

« Il est très probable que les sites comme Megaupload vont chercher à mieux se protéger. Ils peuvent par exemple brouiller les pistes et empêcher de remonter jusqu’aux serveurs ou aux ordinateurs ». La cause en vaut telle la chandelle, car les enquêtes coûtent chères, très chères, trop chères ? MegaUpload serait déjà en train de renaître sous un autre nom…

Cependant, la fermeture de MegaUpload aura rempli une partie de son objectif : faire peur. Ainsi le site allostreaming.com a décidé de fermer définitivement suite à l’affaire MegaUpload. Le seul signe de réussite pour les pro-PIPA qui pense qu’il est encore possible de contrôler le web au lieu de trouver des solutions. Rappelons que youtube ou deezer était à la base des sites illégaux. En renversant une partie des revenus publicitaires, ils ont été autorisés ? Qu’attendent les autorités pour proposer ce type de solutions aux hébergeurs ?

 

Fermeture Megaupload : réactions mitigées

Si l’Elysée, Hadopi et différentes organisations d’ayants droit se félicitent de la fermeture de MegaUpload, ils sont aussi nombreux, dont des candidats à la présidentielle, à s’élever contre cette opération du FBI et de la justice américaine.

Les avis sont très mitigés, retour sur quelques actes ou paroles concernant la fermeture de Megaupload :

  • La riposte des Anonymous 

Le collectif Anonymous a immédiatement réagi à cette fermeture et ces arrestations en lançant une vaste campagne d’attaques par déni de service (DDoS) baptisée OpMegaupload. Ils ont fait tomber les sites de la maison Blanche, du ministère américain de la Justice, du FBI, du label Universal, des associations d’ayant-droits RIAA (Recording Industry Association of America) et MPAA (Motion Picture Association of America).

 

 

  • Nicolas Sarkozy réagit 

La France fut la première à réagir à l’annonce de la fermeture de Megaupload. Dans un communiqué diffusé par l’Élysée, le président de la république Nicolas Sarkozy a notamment déclaré que « la lutte contre les sites de téléchargement direct ou de streaming illégaux, qui fondent leur modèle commercial sur le piratage des œuvres, constitue une impérieuse nécessité pour la préservation de la diversité culturelle et le renouvellement de la création. C’est le financement des industries culturelles dans leur ensemble qui est mis en cause par ce type d’opérateurs ».

  • Les internautes

La nouvelle n’a pas manqué de faire réagir, avec en tête les utilisateurs de Twitter. Très rapidement, les termes #megaupload et #anonymous se sont retrouvés en première position des sujets les plus discutés sur Twitter. Voici quelques tweets rencontrés sur le site :

–          @Ph3nol Pendant ce temps, #ChuckNorris télécharge la saison 9 de #Dexter sur #MegaUpload

–          @Aur3Lianna Je propose donc 72minutes de slience pour #megaupload

–          @WalyDIA Il va y’avoir un paquet de #VDM du genre : « Je me suis abonné à #Megaupload, le lendemain le FBI fermait le site »

 

  • Les stars

Etonnant, mais des stars américaines de la musique ont décidé de prendre la défense du service en composant une chanson promotionnelle.

Will.i.am, P Diddy, Alicia Keys, Jamie Foxx, Snoop Dogg, Chris Brown, Kanye West… La liste est longue et chargée de personnalités à la notoriété planétaire, qui ont décidé de faire front face à Universal, qui aspire à faire fermer le site.

  • Le phénomène  BREF

Bref, Megaupload a fermé est la parodie de Côme et Antoine dans laquelle les fans du site de téléchargement se reconnaîtront sûrement.

S’ennuyer devant les vieilles séries, découvrir le site, subir la légendaire limite de 72 minutes, attendre 45 secondes… Rien ne manque. Un clin d’œil drôle et bien ficelé à tous ceux qui ont souscrit un abonnement juste avant que le FBI ne vienne mettre un terme à l’activité du site.

Découvrez la vidéo :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=1_hP5FVlZlk&feature=player_embedded[/youtube]

 

Nous conclurons cet article en vous rassurants : il y a et il y aura toujours des hébergeurs pour télécharger nos séries préférées. Seul le chemin pour y accéder pourra devenir plus « compliqué ».

 

A la rédaction: Thomas Gründer & Wandé Fomba

2 Comments

  1. musique sur internet | DigiCom 2012

    […] En 2012, l’écoute en streaming devrait générer 890 millions d’euros de recettes, soit une croissance de 40% sur un an. Contre une augmentation de 8,5% pour les plateformes payantes. Ces chiffres sont le reflet d’une réelle mutation quand à la façon d’écouter et même de « consommer » de la musique. Lorsque Megaupload a fermé, nombreux ont clamé la fin du streaming, et un retour à la toute puissance des Majors… Souvenez-vous de notre billet  à ce sujet sur notre blog ici ! […]

  2. Le retour de Kim Dotcom en 2013 ! | DigiCom 2012

    […] Dotcom n’allait pas nous quitter aussi facilement et laisser ces adeptes endeuillés après la fermeture de Megaupload. Il fera donc son come-back le 19 janvier 2013 avec son nouveau projet nommé tout simplement […]

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.