Actu

Le digital au service de l’innovation

Le digital est apparu récemment comme un outil nouveau au service de l’innovation. Nous verrons dans un premier temps comment l’innovation digitale pourrait permettre de repousser les limites, de générer de la croissance économique, du progrès, et ainsi améliorer la vie de l’homme. Cependant, pouvons-nous tout nous permettre au nom de l’innovation en général et de l’innovation digitale en particulier ? Quelles sont les limites et un cadre ne doit-il pas être adopté ? C’est ce que nous verrons dans un deuxième temps.

L’innovation digitale pour permettre de repousser les limites, de générer de la croissance économique et du progrès.

Le capitalisme est un système impitoyable, il ne pardonne guère les erreurs stratégiques commises par les cadres dirigeants. Nos entreprises évoluent donc dans un écosystème rude et violent, pouvant parfois définitivement mettre un terme à leurs activités et engendrer chômage et pauvreté. La première loi du business, est que « le profit est plus fort que tout ». Il faut donc innover pour rester compétitif, innover pour cette course effrénée au profit. L’innovation serait à économie ce que la théorie de l’évolution est pour les être vivants, une question survie. Dans ce contexte de compétition, l’innovation digitale qui est née au 21ème siècle a contribué à diminuer les coûts de production et à améliorer l’accès à l’information.

Economie et croissance :

Les entreprises peuvent trouver de nombreuses études sur le web, études qui peuvent améliorer la compétitivité. Dans cet environnement concurrentiel, il faut être le premier et donc aller vite. L’innovation digitale a justement permis l’accélération des fluxs financiers et des échanges de l’information.

Le Big Data est la mine d’or du 21ème siècle, il permet aux entreprises l’amélioration du ciblage des consommateurs et une amélioration du chiffre d’affaires. Benoît Piraux, «Big data, la mine d’or du XXIème siècle», Le Monde, 17.03.2015.

L’innovation digitale joue un rôle crucial dans la compétitivité des entreprises. Elle permet aux entreprises de gagner des parts de marché, et de tenir tête à une concurrence parfois mondiale. Il n’est donc pas rare de voir certaines sociétés tout se permettre au service de l’innovation digitale. Leblanc Catherine, «De l’innovation au progrès, l’humain au coeur de la révolution numérique», Les Lundis TICE, 13/04/2015.

Il existe aussi une compétition économique entre pays, ces derniers ont besoin de progrès pour générer de la croissance économique dont le moteur sera l’innovation. Emmanuel Gadret, «L’innovation moteur de la croissance», Les Echos, 28/01/2014.

Pour produire de la richesse, notre économie est basée sur des énergies, des technologies et des connaissances. Pour illustrer cette idée, nous pouvons citer comme exemple l’utilisation de la machine à vapeur aux Etats-Unis pendant la guerre de Sécession. Le nord du pays a remplacé l’esclavagisme par des outils agricoles à vapeur. Cette invention a creusé un écart de croissance considérable entre le nord et le sud du pays. Il faut donc être à la pointe de la technologie et innover sans arrêt pour soutenir et développer la croissance économique d’un pays.

Il est très important de souligner que l’innovation digitale permet aussi de nombreux progrès dans le domaine des sciences, du social et de l’environnement.

Développement Durable :

Le Développement Durable, est une notion récente et très importante car elle intègre aussi la notion de développement humain. L’innovation digitale développe les méthodes qui permettent d’améliorer le niveau de vie, et le confort de l’homme.

L’innovation digitale permet aussi de développer la liberté de pensée et l’accès à l’information. Pour exemple, la diffusion massive sur internet de Idris J. Aberkane, «L’Économie de la connaissance et le Biomimétisme». Ce scientifique donne aux populations et aux pays une ouverture sur de nouvelles alternatives industrielles et économiques.

D’après un article de Reuters France «La croissance du secteur privé en Europe est au plus bas depuis 2015» aujourd’hui, la croissance peine à décoller. Nous sommes en crise écologique, économique, politique et démocratique, l’innovation digitale nous offre l’opportunité d’améliorer la démocratie, de booster la croissance et de sortir de nos crises.

L’homme a donc intérêt encore une fois à repousser les limites en partant du principe qu’il peut tout se permettre au service de l’innovation, pour ne pas bloquer le progrès et l’évolution de l’humanité.

Pouvons-nous tout nous permettre au nom de l’innovation digitale ?

Nous avons vu dans la première partie que l’innovation peut apporter du progrès à l’espèce humaine, mais elle peut aussi ramener l’humanité à l’Âge de pierre. Pour illustrer l’aspect dangereux que peut avoir l’innovation, nous pouvons citer l’exemple de la bombe H à la fin de la seconde guerre mondiale. Certes la gestion et la maîtrise de la fission nucléaire a donné une avance considérable aux américains durant la guerre de 1939-1945, mais peut-on parler de progrès lorsque que nous nous penchons sur le bilan humain et environnemental du bombardement le 6 août 1945 de Hiroshima et Nagasaki, au Japon ? Il est donc devenu rapidement important de définir un cadre protecteur à l’innovation, sur le plan juridique et sur le plan moral. Un cadre qui doit protéger l’homme de lui-même sans empêcher le progrès ou parasiter l’innovation.

Le cadre juridique :

L’homme a défini un cadre juridique pour encadrer l’innovation digitale. La définition d’un cadre juridique est un outil d’encadrement du progrès dans tous les domaines de l’innovation. Ainsi il s’agit de protéger les données utilisateurs, ce qui est le rôle de la CNIL. De même, la création d’un arsenal de lois pour lutter contre la Cybercriminalité qui cible les acteurs publics et privés et les services gouvernementaux, afin de bloquer l’accès à leurs données essentiellement dans un but lucratif, a été nécessaire. Site internet de L’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information.

Cet encadrement juridique de l’innovation s’est aussi traduit par un certain nombre de mesures juridiques permettant de stimuler l’innovation digitale. Il en va ainsi notamment de mesures fiscales, ou de mesures réglementaires relatives aux innovations. Ainsi, se trouvent conciliés les intérêts des industriels : gagner de l’argent avec l’innovation digitale, et ceux des internautes : disposer rapidement de dispositifs ou outils digitaux innovants.

Le cadre éthique :

Il existe aussi un socle éthique qui entoure l’innovation. Nous pouvons citer l’exemple du développement de l’intelligence artificielle et de son application future. De nombreux scientifiques comme Stephen Hawking, ont rédigé et signé une lettre ouverte dans laquelle ils de l’intelligence artificielle. Open Letter, «Research priorities for robust and beneficial artificial intelligence», Future of Life Institute, 14/01/2015.

En effet certaines utilisations de cette innovation pourront être extrêmement préjudiciables à l’humanité. Mais elles pourront aussi être une grande révolution pour l’homme. Nous voyons donc qu’un cadre éthique est nécessaire à l’innovation digitale.

Nous ne pouvons pas tout nous permettre au service de l’innovation web. Toute l’innovation est génératrice de risque et l’entreprise doit arbitrer entre le risque et l’innovation ce qui est la définition même du mot entreprendre.

L’innovation est indispensable au développement humain et à la croissance économique. Elle permet à un pays de conserver une avance et assurer un bon niveau de vie à ces habitants. L’innovation digitale constitue une rupture, elle pourrait modifier considérablement la vie humaine et l’organisation des sociétés (modèle de croissance).

Elle offre des perspectives de progrès plus particulièrement dans les pays en voie de développement.

Pour conclure :

L’innovation digitale peut nous conduire à un monde avec une croissance maîtrisée, une organisation plus horizontale des rapports humain, en bouleversant le fonctionnement démocratique et l’organisation des entreprises (économie collaborative/blockchain). Un cadre éthique et juridique est cependant nécessaire pour éviter les dérives et notamment les dangers potentiels du transhumanisme . Une grande innovation implique une grande responsabilité.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*