Actu

Esport et dopage, une controverse ne finissant plus d'enfler dans le secteur.

Dopage et eSport, destins liés ?

Le dopage est un fléau qui touche le sport depuis l’antiquité. Déjà à l’époque, les athlètes utilisaient des stimulants leur permettant d’être plus performants pendant les compétitions. Avec la professionnalisation de l’eSport et les enjeux financiers de plus en plus importants dans le secteur, les experts se sont demandés si l’eSport était atteint par le dopage et quels étaients les moyens mis en place pour faire face à la triche éventuelle.

C’est en juillet 2017 que Ian Smith, le président de l’ “eSport Integrity Coalition”, a appelé toutes les plus grandes organisations nationales et internationales luttant contre le dopage a fournir plus d’aide pour la lutte anti-dopage dans l’eSport. Durant le tournoi majeur de l’ESL Cologne, Smith a souligné que les procédures actuellement employées étaient “inappropriées et sans espoirs”.

 

Des procédures inappropriées et sans espoirs

 

L’Agence Mondiale Antidopage (AMA, ou WADA en anglais) a longtemps souffert avec le caractère unique de l’eSport. Un sport  étant joué derrière un ordinateur et qui doit donc avoir une liste de produits anti-dopants bien particulières. Les substances bannies précédemment (comme la Ritalin et l’Adderall) semblaient bien faibles en comparaison de ce que l’on peut trouver dans d’autres sports majeurs. Pour autant, ces substances permettent d’augmenter considérablement la concentration du joueur, améliorant en conséquence sa performance.

 

En 2015, un joueur de Counter-Strike, Kory “Semphis” Friesen avait admit que lui et son équipe prenaient de l’Adderall avant chaque compétition, provoquant un énorme tollé au sein de la communauté de l’esport. En réponse, l’ESL, organisateur des plus prestigieux tournois d’eSport, avaient annoncé une politique plus strictes dans la lutte contre le dopage. Malgré ces efforts, la bataille semble bien loin d’être remportée.

 

Photo de Kory Memphis Friesen

Kory « Semphis » Friesen a admit que lui et son équipe avait régulièrement recourt à des produits dopants.

En 2018, John Holden, chercheur à l’université de Floride, lançait une nouvelle alerte en déclarant que l’utilisation de produits dopants parmis les joueurs pros étaient très répandus et qu’une crise à des multiples facettes allaient bien éclater au sein de l’industrie de l’eSport. En un an, le problème s’est considérablement développé entre les différents jeux, l’utilisation d’amphétamines se répandant de plus en plus.

 

En plus de développer un vrai problème d’équité entre les joueurs et donc de corruption dans le secteur, la question des santés des joueurs. En effet, si dans le sport traditionnel, le dopage pose une vraie question de dangerosité des produits, il en va de même pour l’eSport. Ces médicaments, destiné à un usage médical exclusif, peuvent créer une réelle addiction psychique mais aussi physique. D’autres effets secondaires vont de la pathologie cardiaque à la dégénérescence mentale.

Pour l’instant, aucun mouvement d’ampleur n’a véritablement été entrepris par les organisations compétentes. Pour autant, l’essor du secteur et la professionnalisation grandissantes des joueurs professionnels vont forcément créer des questions auprès de spectateurs, souvent très jeunes.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.