Actu

Quand Alexa d’Amazon dévoile des conversations privées

Depuis l’année dernière, on ne parle plus que d’assistants vocaux personnels. Le développement de l’IA a fait exploser le marché. Après Siri et Cortana, place à Google Assistant ou Alexa, l’assistant vocal personnel d’Amazon. Ces petites « enceintes » qui nous connaissent si bien sont fantasmées par tous les fans d’objets connectés, mais à quel prix ?

 

En 2018, nous sommes tous obsédés par le fait de savoir si nos comptes sur les réseaux sociaux sont bien privés, si nos photos Snapchat sont bien effacées, il en va de même pour nos conversations Whatsapp ou Messenger. A l’heure ou une loi comme la RGPD est votée en Europe pour la protection des données privées, on s’équipe pourtant peu à peu, à la maison ou au travail, d’assistants personnels vocaux.

 

La semaine dernière, de nombreux médias américains, puis français, ont repris l’annonce d’une américaine utilisatrice d’Alexa, qui dit avoir vue sa conversation privée dévoilée. Elle raconte qu’Alexa a enregistré une conversation entre elle et son mari et l’a envoyée à un employé de celui-ci. Quelques heures après le fail et l’affolement sur les médias, Amazon a confirmé que l’incident avait bien eu lieu et le justifie par « une succession d’incompréhensions de commandes vocales par la machine ».

 

Non non, le robot ne nous écoute pas à longueur de journée.

L’explication de la marque est la suivante : La machine a du penser qu’une commande « Alexa » avait été prononcée, elle a donc enregistré la conversation à ce moment là et a ensuite entendu « send message », puis elle a identifié un prénom dans la conversation et l’a assimilé au destinataire. L’envoi de la conversation privée serait donc du à une multitude d’erreurs, provoquées par l’incompréhension de l’appareil.

 

Notre vie privée à laquelle nous tenons tant ne serait donc plus si privée que ça…

 

Si l’erreur est humaine et qu’il nous est tous déjà arrivé d’envoyer un message au mauvais destinataire ou d’appeler la mauvaise personne, il ne s’agissait ici que de nous. Dans la situation présente, le problème provient du fait que ce robot ne semble faire que ce qu’il souhaite, sans que nous en ayons conscience ou que nous ayons donné notre accord.

 

Ce n’est que le début pour les assistants vocaux mais cette erreur risque de semer le doute quant au choix de s’en équiper, car en repensant à cette histoire, nous nous imaginerons déjà espionnés. L’américaine victime d’Alexa a d’ailleurs appelé par la suite tous les utilisateurs de la machine à la débrancher : « Débranchez vos appareils Alexa tout de suite. Vous êtes hackés ».

 

Une chose est sûre, tout cela reflète bien la complexité de notre société actuelle : entre « voyeurisme » sur les réseaux sociaux ou passion pour la série Black Mirror qui semble aujourd’hui presque vraie, nous nous plaignons de ne plus avoir de vie privée mais nous sommes surtout les premiers acteurs de cette spirale malsaine.

 

Fanny Alberny & Flore Aguettant, le 30 mai 2018

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.