Actu

Le Web au service d’un monde plus solidaire ?

Depuis plus d’une dizaine d’année, Internet révolutionne notre façon de communiquer, de percevoir, de travailler, de partager etc. La génération des digital natives s’est façonnée avec l’apparition de nouveaux modèles basés sur les communautés, l’échange et l’instantanéité.  Alors pourquoi ne pas profiter des grandes tendances du numérique pour promouvoir et diffuser les actions solidaires qui se créent dans le monde ? Ne peut-on pas rêver, un jour, d’une société où chaque personne aurait les moyens de s’impliquer dans une cause humanitaire/environnementale et d’avoir un impact, à son échelle, sur les problèmes qui nous entourent ?

 

INNOVER POUR COLLECTER

Aujourd’hui, sur fond de crise économique, la collecte de dons devient de plus en plus difficile en France. Entre 2007 et 2013, on peut estimer qu’au moins 30 %* des donateurs ont disparu, la crise ayant contraint les plus modestes a renoncer à leur geste. On constate par contre que la jeunesse participe de plus en plus (ils représentent 13% des montants déclarés, contre 11% en 2008), l’usage du numérique se développant.
* 18ème édition de l’enquête annuelle sur la générosité des Français, novembre 2013, Recherches & Solidarités

Le solidaire devient de plus en plus viral, notamment grâce aux réseaux sociaux. C’est à double tranchant car les internautes ont tendance à exprimer leur adhésion à une cause d’un simple clic, en « likant » la page Facebook de l’association correspondante. Mais voilà, « liker » des photos de familles en détresse n’a jamais permis aux associations de bénéficier d’une contrepartie financière.
Vous avez surement déjà du voir cette vidéo de l’UNICEF Suède qui avait justement décidé de sensibiliser le public contre la fausse croyance qu’on aide une association en appuyant sur le pouce.

 

D’autre part, il existe des agences dites « de fundraising », ou agences de communication sociale, spécialisées dans la collecte de dons au service d’organisations et de causes d’intérêt général. Elles doivent redoubler d’effort pour toucher et sensibiliser leur cible, potentiels donateurs. Le digital est un moyen à ne surtout pas délaisser, d’autant plus lorsque l’on connaît l’ampleur et le succès du multicanal aujourd’hui.

Voici quelques unes des grandes tendances en matière de web solidaire :

 

#1 Crowdfunding: un phénomène en pleine croissance

Avec l’apparition en 2009 de KickStarter, premier site de crowdfunding, plateforme de financement collaboratif, plusieurs autres plateformes ont vu le jour. MyMajorCompany, Ulule, Indiegogo, KissKissBankBank… Leur but ? Faire financer par les internautes des projets innovants, contournant ainsi les circuits bancaires traditionnels. En France, le site Imaginationforpeople est une plateforme dédiée à l’imagination Citoyenne pour repérer et soutenir des projets sociaux créatifs.

#2 Crowdmapping : l’introduction au journalisme citoyen

Le crowdmapping ou l’échange de données solidaires s’est développé depuis quelques années. Le principe ? Lutter contre la corruption ou aider les associations humanitaires en cas de catastrophes naturelles en inscrivant les informations sur des cartes. Le site indien « I Paid a Bribe » (« J’ai payé un pot-de-vin ») est reconnu désormais comme étant un outil privilégié des citoyens dans la lutte contre la corruption dans le pays, un système de géolocalisation permettant d’identifier la provenance des témoignages.

Ushahidi, quant à lui, a été crée à la suite de la crise au Kenya en 2007, pour collecter les témoignages de violences envoyés par email et SMS, et les placer sur Google Maps. Le système de mapping d’Ushahidi a également été très utile lors du séïsme en Haïti ou encore lors de la catastrophe nucléaire au Japon.

 

commentcamarche-postit-FR

#3 Soutenir un entrepreneur à l’autre bout du monde ? C’est possible avec le microcrédit en ligne !

Le microcrédit permet aux exclus du système bancaire d’accéder, avec l’aide des internautes, à des financements afin de développer leur projet entrepreneurial.

Aider une agricultrice de Sarajevo à augmenter son élevage de poules, ou soutenir Julio, pêcheur en Equateur , dans son achat de pièces détachées pour réparer le moteur de son bateau de pêche, voilà quelques exemples de projets à soutenir sur le site Babyloan.fr, site leader de microcrédit en France.

 

#4 Le mobile first

Dernièrement, UNICEF a surfé sur la tendance du « digital detox » en créant un site mobile permettant aux internautes de faire des dons en restant inactif. Une fois connecté sur le site www.uniceftapproject.org sur son mobile, chaque minute passée sans utiliser votre téléphone offre un jour d’eau potable à un enfant dans le besoin. A mesure que les minutes passent, des phrases chocs défilent sur l’écran : “768 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable”“Depuis que vous êtes connecté, 1440 photos de #food ont été postées sur Instagram”, “Plus de gens ont accès à un téléphone qu’à des toilettes”, etc

Pour ne pas interrompre le chronomètre, les participants ne devront ni quitter le site, ni déplacer leurs mobiles. Alors ? Combien de minutes tiendrez-vous ?

Cette initiative est rendue possible grâce à deux partenaires : UNICEF Next Generation et Giorgio Armani, qui s’engagent tous les deux à verser de l’argent à l’UNICEF pour le temps écoulé qu’un internaute passe sur le site (0,025$/ minute pour UNICEF Next Generation et 0,025$ toutes les 10minutes pour Giorgio Armani) .

http://www.youtube.com/watch?v=Wetbh84MGOc

 

#5 Proposer la gratuité des dons

Lancé en mars 2014, le site Goodeed propose en quelques secondes seulement de faire un don gratuitement sur le web. Seule contrepartie : visionner un spot publicitaire pour valider le don que l’on a choisi (offrir un sachet de riz, un vaccin ou planter un arbre) après s’être connecté à son compte Facebook. Les sommes engendrées sont directement versées par Gooded aux associations.

Comme vous pouvez le constater dans cette première vidéo de la prometteuse start-up française, un don pourra également être validé en « likant » la page ! En voilà enfin une manière habile d’acheter du like ! Ce genre d’opération, généralement prévue sur une courte durée, est possible grâce à un partenariat entre une entreprise et une association. Pour être plus clair, chaque clic déclenche un soutien financé par l’entreprise partenaire. On se souvient entre autre de l’opération qu’avait lancé les Restos du Cœur en 2012 : « un partage Facebook = un repas offert » en partenariat avec Danone et Carrefour.
Autre exemple, plus récent cette fois, avec l’opération Café pour tous qui offre un café à quelqu’un dans le besoin à chaque like.

7b8f9-goodeed2bon-plan-solidaire-un-cafe-pour-tous_large

#6 Les serious games: divertir pour engager 

La « gamification » est une manière efficace pour diffuser, de manière plus ou moins dissimulée, l’objectif d’une association caritative. Un serious game est une application ludique qui permet à travers le jeu, de partager une information  « sérieuse » et engagée.  Un exemple de serious game avec NIGHTMARE : MALARIA, un jeu cauchemardesque pour la lutte contre le paludisme et pour le soutien de l’association Against Malaria Foundation.

Le jeu, à l’ambiance glauque, offre la possibilité de faire des dons et les revenus d’achats in-app sont reversés à l’association Against Malaria Foundation.

 

#7 L’activisme 2.0 

Des plateformes permettent de relayer plus facilement une cause via des pétitions, tel que le site Avaaz, le leader des pétitions en ligne, notamment dans les domaines de lutte contre la corruption et de respect des droits de l’Homme.

Change.org est la plus grande plateforme mondiale de pétitions. Les organisations, y compris des ONG telles que Amnesty International ou l’Humane Society, paient le site pour héberger leurs pétitions.

 

 #8 Micro don par SMS 

Avouons-le, nous sommes nombreux à ne pas nous arrêter à chaque fois qu’un bénévole nous « alpague » dans la rue pour nous convaincre de s’inscrire à la liste de diffusion d’une association… « Je n’ai pas le temps », « mon train part dans 2 minutes », « j’ai un rendez-vous, je suis en retard, désoléééééééé ! » Alors voici une alternative simple, rapide et efficace de toucher tous les « pressés » : un petit SMS.

La Croix Rouge en a dernièrement fait l’expérience en s’associant avec l’Association Française du Multimédia Mobile (AFMM). Il vous suffit d’être abonné chez l’un des 3 opérateurs suivants : Bouygues Telecom, Orange ou SFR, un SMS est envoyé pour vous informer que vous pouvez donner 2€ en répondant simplement « DON » (envoi du SMS gratuit). Le montant de 2€ est directement reporté sur votre prochaine facture mobile et le tour est joué ! Le don par SMS est déjà déployé avec succès à l’étranger depuis plusieurs années, notamment aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.

don-sms-petit-300x172

 

Alors, cet article vous a-t-il donné envie de faire un don, par l’une des méthodes citées ?
Tout commence par les réseaux sociaux : liker une page vous permet d’être tenu informé des actualités de l’association et de les partager à vos amis. Et même si le « like » n’est pas systématiquement monnayable, c’est bien le problème auquel sont confrontées les organisations et associations caritatives sur Facebook, on constate qu’il le devient petit à petit via quelques opérations et on imagine que cette méthode se développera de plus en plus dans les années à venir !
Tout moyen, aussi innovant et imaginatif qu’il soit, est à mettre en avant. L’inédit et l’inattendu permettent, comme dans tout domaine, de surprendre et donc de maximiser les chances de croître les dons.

 

L’ENGAGEMENT EST À PORTE DE CLIC !

La Solidarité a donc bien un avenir dans le digital, par les réseaux sociaux, par les financements innovants et participatifs, par les objets connectés, par la TV connectée, par la rapidité et la facilité de se tenir informé et d’agir ! C’est en commençant à construire une conscience régulière des besoins humanitaires que le « e-bénévolat » deviendra presque naturel pour chacun d’entre nous et sur le Web, rien de plus facile !

 

POUR ALLER PLUS LOIN
#1
Des applications mobiles solidaires ici
#2 
Youphil
, le média de toutes les solidarités

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.