Actu

Black Metal et digital – L’atout de visibilité d’un genre musical venant de l’ombre

Carach Angren

Autre époque, autres mœurs…

Certains se souviendront de l’époque où il fallait trouver LE disquaire, la pépite, celui qui donnait accès à à peu près toute la discographie du milieu Black Metal. Et parfois, il fallait bouger loiiin… Ainsi, des groupes de musique qui de par leur style musical ne bénéficiaient pas du même bruit médiatique que d’autres Metallica, Megadeth, Slayer et Anthrax, devenaient alors accessibles pour peu qu’on ait quelques références en tête. Tout était alors question de bouche-à-oreille : il fallait faire partie de ce milieu pour avoir des informations fiables. D’autant plus que la presse de l’époque ne portait pas dans son cœur ce sous-genre du metal longtemps associé au satanisme, à la misanthropie, au crime, au suicide, etc… Ce qui, quelque part, faisait quand même partie du jeu joué par les groupes concernés.

Aujourd’hui, les esprits se sont ouverts et il est parfaitement possible -moyennant quelques recherches – de découvrir de nouveaux groupes voire de s’initier à ce style musical qui est certes extrême mais pas moins riche et jouissif.

Une ouverture au monde

Burzum – Filosofem

Tout d’abord, il semble important de parler des plateformes telles que Bandcamp. Déjà pour leur souplesse ; en effet, cette dernière laisse libre choix du prix à l’acheteur (avec tout de même une valeur minimale qui reste basse comparée au marché). Il est ainsi possible d’acheter légalement de la musique à moindre prix, tout comme récompenser grassement un groupe pour son travail en mettant plus d’argent sur la table.
Ensuite, les plateformes telles que Bandcamp sont généralement plus ouvertes aux groupes peu (voire pas du tout) connus que le sont les Apple Music et autres Google Play.

Les réseaux sociaux ont aussi joué un rôle crucial dans cette ouverture au monde. On citera d’abord Facebook, qui permet à n’importe quel groupe fraichement formé de se créer une page, d’uploader son contenu musical et de le partager au gré du vent. Les professionnels de la production musicale l’ont bien compris et c’est pourquoi régulièrement certains groupes se retrouvent catapultés à jouer lors de festivals ou tremplins, car tout le monde sait que les talents musicaux de demain se sont inscrits aujourd’hui.
Mais il convient aussi de parler de Youtube, véritable banque du streaming dont l’algorithme permet d’associer certains morceaux avec d’autres et ainsi faire découvrir à l’auditoire de nouveaux groupes en rapport avec ce qu’ils écoutent. Qui d’entre vous n’a jamais été pris d’une passion soudaine pour un groupe qu’il/elle avait découvert par simple recommandation de la part de Youtube ? Peu répondront, j’en suis certains.

Enfin, les billetteries en ligne, bien plus variées que celle des grandes enseignes type Fnac ou Carrefour, permettent à tout le monde d’acheter son billet, ou que se tienne le concert (certains font beaucoup de route pour voir leur groupe fétiche). Et oui, l’époque où certains disquaires triés sur le volet (et tout aussi rares) avaient le privilège de vendre des billets pour tel ou tel concert est quasiment révolue, pour le plus grand plaisir des néophytes et des fans, quelle que soit leur localisation.

L’ouverture… Jusqu’à quel point ?

Toutes ces évolutions apportées par le digital permettent l’ouverture du Black Metal aux oreilles du monde, et c’est aussi le cas pour tous les autres styles musicaux un peu undergrounds. Cependant, un certain nombre de puristes de première et deuxième vague craignent que cette ouverture mène à une casualisation de leur mouvement, et ainsi à la perte de ce qui le rend si unique : une caste d’initiés qui revendique le coté « paria » et « renfermé sur elle-même » de leur musique. Ce qui nous amène à la question suivante : L’authenticité d’un style musical se mesure-t-elle à son exclusivité ?

(En bonus pour les curieux et les conquis, le lien d’un excellent documentaire que je recommande chaudement sur les origines du Black Metal : Until The Light Takes Us)

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.