Actu

Le selfie : la photo qui devient un symbole

Le #selfie : voilà un concept qui fait beaucoup parler de lui ces temps-ci.
Ce néologisme a d’ailleurs été sacré « mot de l’année » en 2013 par le prestigieux dictionnaire Oxford.
Pour le profane, il ne s’agit que d’un auto-portrait comme il en existe depuis toujours. Pourtant, cette pratique de plus en plus codifiée va bien au délà de cette simple considération et s’impose aujourd’hui comme un phénomène sociologique éminemment intéressant à décrypter.

 

Le selfie est #digital

S’il y a un critère qui caractérise le selfie, c’est bien son lien avec les nouvelles technologies et en particulier le smartphone.
En effet, cette pratique qui consiste à se prendre soi même en photo (seul ou accompagné) a connu un essor simultané à la modernisation de nos téléphones, qui embarquent maintenant des appareils photos numériques de façade de plus en plus perfectionnés.
Mais le selfie se définit également par son étroite relation aux réseaux sociaux, dans la mesure où il s’agit avant tout d’un contenu destiné à être partagé.
Il y a encore 5 ans, lorsque l’on voulait raconter à son entourage un voyage en Grèce ou une rencontre avec une célébrité, on suivait la logique la plus évidente en matière de photographie : à savoir immortaliser le lieu ou la personne en question. Mais aujourd’hui, pour rendre cet instant encore plus personnel, il est de rigueur de se mettre en scène sur le cliché, autrement dit faire un selfie.
Dès lors, il convient de se demander pourquoi nous nous évertuons dorénavant à polluer nos panoramas avec des autoportraits artisanaux et souvent peu flatteurs ?
La réponse est à chercher dans la nature intrinsèque du selfie : un pure outil de narcissisme. Dans ces conditions, le selfie fonctionne comme un témoignage qui permet de crier à la terre entière « J’ai été là, j’ai vécu ce moment ». C’est en soi une nouvelle manière de raconter sa propre histoire : une expérience n’a de valeur que si l’on peut attester qu’on en était l’acteur, pour ne pas dire le héros ! A ce stade nous commençons déjà à entrevoir la dimension symbolique du selfie, qui reflète à merveille le besoin souverain de se dévoiler aux autres que les réseaux sociaux ont exacerbé.

Selfie8

Le selfie est #narcissique

Le selfie, c’est aussi une vaste hypocrisie. En effet, lorsque l’on se met en scène devant un bord de mer en disant « Je suis à la mer, c’est génial », ce n’est plus tant le paysage bucolique en arrière plan qui compte, mais bien la personne qui pose avec le pouce en l’air et la bouche en cul de poule. Au final, en voulant enrichir le témoignage d’une expérience, on évince complètement cette dernière pour ne retenir qu’une seule chose : « moi » !
Ce faisant, nous revenons encore une fois à une dimension aussi navrante qu’indéniable des réseaux sociaux : un support de construction identitaire fondée sur la réciprocité avec ses pairs et le jugement qu’ils sont amenés à porter sur nous.
Le selfie devient donc un bon prétexte pour exposer sa plastique aux yeux de tous, sans avoir l’air trop égocentrique puisque tout le monde le fait !
Par ailleurs, dans un même ordre d’idées, il convient aussi de dénoncer le grand paradoxe du selfie : réalisé pour être partagé, il incarne surtout un moyen de se voir et de se contempler soi-même.

 

Le selfie est un #jeu

Je viens de dresser le portrait du selfie original : sérieux et fondamentalement narcissique.
Mais les règles changent, car le selfie devient maintenant un jeu d’auto-dérision avec des règles de plus en plus codifiées et un second degré inédit.
En effet, le caractère un peu grotesque de la pratique a justement suscité son propre détournement à des fins beaucoup moins sérieuses. Le selfie en 2014 est finalement devenue une parodie de selfie : on sait que c’est un peu ridicule et c’est pour cela qu’on le fait. Et le détournement va plus loin encore puisqu’on voit maintenant fleurir sur internet des concours de selfies les plus étranges. On se suspend à une porte, on procède à un cadrage volontairement raté, on réalise la capture avec un ipad qui masque les 2/3 de l’image : tout est bon pour parodier les codes d’un selfie raté !

Selfie 13          Selfie 12          Selfie 14

 

Dans ces conditions le selfie devient un jeu social où ce n’est plus la personne sur la photo qui compte, mais l’idée créative qui gouverne l’image.
Sur le même principe, on retrouve maintenant une myriade de blogs, de tumblr et de pages Facebook dont la seule vocation est de compiler les clichés les plus désopilants.
Cette dimension humoristique s’est particulièrement bien illustrée récemment avec le fameux selfie d’Ellen DeGeneres lors de la cérémonie des Oscars.
Ce cliché mondialement connu peut-être compris comme une forme de mise en abîme dès lors qu’il incarne un hommage à la pratique du selfie elle même !
Dans les heures qui ont suivi, il a d’ailleurs fait l’objet d’un nombre incalculable de parodies et de détournements fondés sur le même principe d’auto-dérision.

Selfie 2

Le selfie est #vendeur

Le phénomène a pris une telle ampleur ces dernières années que les annonceurs s’en emparent pour imaginer des campagnes de communication plus ou moins décalées.
C’est par exemple le cas de la marque Avène qui, conseillée par Fred & Farid Shanghai, encourage les femmes chinoises à se libérer des codes traditionnels du selfie en posant sous de nouveaux angles :

[youtube youtubeurl= »JDH0SOXYpfI » ][/youtube]

 

National Geography Brésil capitalise également sur le phénomène avec sa nouvelle campagne print qui délivre le message suivant : « Il existe tellement de mauvaises photos d’animaux, les meilleures sont chez nous. »

Selfie 3          Selfie 4          Selfie 5

 

De votre collègue de bureau au Pape François, en passant par Barack Obama : la tentation du selfie n’épargne personne ! D’abord une tendance propre aux réseaux sociaux, il est devenu un jeu puis un phénomène et enfin un véritable symbole.
Chargé d’une signification psychologique et sociologique très forte, il en dit long sur la place centrale qu’occupent les réseaux sociaux virtuels dans nos rapports humains et s’impose comme un amusant symptôme de la digitalisation de nos modes de vie.

2 Comments

  1. inesfoucher

    Excellent article et en plus très agréable à lire ! Je partage ton point de vue, le Selfie est bel et bien plus qu’une simple tendance…

  2. marion lahore

    Excellent ! De la vraie sociologie appliquée au social!

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.