Actu

Des LOLcats au catvertising

Les chats sont partout. Cela a commencé avec les LOLcats en 2003 et dorénavant ils envahissent les publicités. Ces petits félins de salon sont devenus des stars et la coqueluche des annonceurs mais aussi du web. Alors connaissez-vous le ceiling cat, Maru, le basement cat, le monorail cat et leurs copains ?

Les débuts sur 4chan

Ces images rigolotes de chats avec des légendes en mauvais anglais sont d’abord apparues sur le site internet 4chan. Ce dernier est un forum crée en 2003 où n’importe qui peut y échanger des photos de toutes sortes : manga, porn, cute animals, etc.
Mais attention 4chan est aussi vecteur d’images trash. Si vous voulez être surpris, choqué, mal à l’aise, rendez-vous sur le board intitulé “random”. Dans cette partie du site, on trouve un ramassis de photos qui peuvent choquer les âmes sensibles. Ce site a pour principe que tout ce qui est posté l’est fait anonymement (d’ailleurs les Anonymous sont nés sur 4chan). De plus, au fur et à mesure, les photos sont supprimées du site.
4chan est aussi source de mèmes. Les lolcats en font partie. Il est étrange qu’un des mèmes les plus cute soit né sur un site où figurent aussi les mèmes les plus trash.
Le premier LOLcats « I can has cheezburger ? » :

1lolcat


Quand les LOLCATS deviennent un business sur internet

C’est en 2007 que le site I Can has cheezburger est lancé. La folie LOLcats explose. Chaque internaute peut inventer ses propres lolcats et les soumettre au site internet. Dès 2008, le site de ICHC a 2 millions de pages vues par jour. Les lolspeaks les plus utilisés sont : ceiling cat, basement cat, monorail cat, etc.

monorailcat ceilingcat2

Le modèle économique de Cheezburger Network repose donc sur des mèmes comiques qu’ils ont décliné : loldogs, failblog, etc. De plus, ce sont les internautes qui alimentent toujours les différents sites (ces derniers ne sont pas rémunérés). Cheezburger trouve ses revenus grâce aux publicités mais aussi par la vente de produits dérivés (livres, tee-shirts, etc).  La société a levé 37 millions de dollars depuis sa création en 2007.

Le lolcat a fait naître en août 2012 le festival mondial de vidéos des lolcats. Cela s’est passé à Minneapolis aux Etats-Unis. Les organisateurs ont reçu 700 vidéos de chats pour la compétition, puis 76 vidéos ont été sélectionnées et présentées. Le grand vainqueur est “Henri, Paw de Deux”, le voici :


Le chat est partout…

Le chat plaît. Il attendrit, il fait rire. Alors de nombreux mèmes, vidéos, modes naissent du chat.
Tout d’abord, nous avons le Nyan Cat. C’est un gif animé avec un chat volant affublé d’une pop-tart et d’un arc-en-ciel, le tout avec une musique répétitive et agaçante. Le créateur de ce mème avoue que son chat le lui a inspiré. Aujourd’hui, ce mème atteint 28 362 791 vues de vues sur Youtube.

Maru le chat est devenu un phénomène internet grâce à ses frasques avec un emballage en carton. Son propriétaire tient un blog où il publie des photos de son chat. Il poste aussi sur Youtube les célèbres glissades de Maru : Maru avec un carton, Maru avec un sac en plastique, … Et ça marche ! En moyenne, chaque vidéo fait 1 million de vues. Naturellement des produits dérivés ont aussi vu le jour comme des livres ou des DVD.

Le Keyboard Cat est aussi devenu célèbre. Si cette vidéo date de 1984, elle est seulement connue en 2004 mais n’est postée sur Youtube qu’en 2007. Elle s’est fait connaître par Brad’O Farell qui a crée une vidéo constituée  de fails et du keyboard cat : « Play him off Keyboard Cat ». D’autres internautes se sont lancés dans la conception de vidéos « Play him off Keyboard Cat » et c’est ainsi que l’original -le Keyboard cat- s’est fait connaître. Il a aujourd’hui 33 505 484 vues sur Youtube.

Le surprised kitty aussi a fait fondre la toile récemment. Il a récolté 72 173 285 de vues sur Youtube.

Un cartoon avec un chat comme personnage principal a aussi beaucoup de succès : Simon’s Cat. Le créateur, Simon Tofield, s’est fait connaître par internet. Ce dessin animé met en scène un chat gourmand faisant les 400 coups à son maître. Ces vidéos connaissent un tel succès que la compagnie Disney a commencé à réaliser certains épisodes. Une fois de plus, des produits dérivés sont commercialisés et sont présentés sur le site officiel.

Le dernier mème en date est le cat beard : il s’agit de se prendre en photo avec un chat et de faire un montage. En somme, on prend le haut d’un visage humain et en bas, on y place la gueule du félin de canapé à la place de la bouche humaine, faisant ainsi une barbe. Ce mème est certes moche mais efficace.

Le grumpy cat, le chat de Norman, il est difficile de répertorier tous les chats qui sont devenus célèbres.
Toutefois, il faut l’accepter. Le chat accapare le net. Il fait partie de notre quotidien. Attention l’envahisseur est partout.
Le chat est modeux.
Le chat n’est plus non plus l’animal de compagnie des crazy old cat ladies.

 

Et le chat viralisa la publicité….

Le chat plaît sur internet et est mis en scène de diverses manières. De fait, les annonceurs ont décidé de surfer sur ce mème.
Lors de sa campagne web en 2011,  Bouygues Telecom a fait le buzz (avec l’agence DDB) en mettant en scène uniquement des chatons. L’entreprise a clairement annoncé qu’elle souhaitait toucher la cible des 12-25 ans, ces derniers étant très actifs sur internet. De surcroît, dans la publicité, la voix off déclare : “Et c’est parce que chez Bouygues Telecom nous savons que vous aimez les films sur internet avec des petits chatons que nous avons décidé de faire ce film sur internet avec des petits chatons”. L’annonceur a voulu mettre en avant le fait que les abonnés sont satisfaits du service clientèle. Voici la publicité en question :

Ikea a aussi décidé de faire sa promotion avec des chats en partenariat avec l’agence Mother London. C’est ainsi que 100 chats (appartenant à des particuliers) ont été lâchés dans un magasin Ikea londonien.
Résultat : une publicité douce et voluptueuse. Il s’agissait pour Ikea de démontrer à leurs potentiels clients que si des chats (qui sont des êtres aimant leur petit confort) se sentent bien dans le mobilier de la marque, alors les clients eux-mêmes seront à même d’être bien dans un environnement meublé Ikea. La voici :

http://www.youtube.com/watch?v=LXYKNjHjdcM
D’autres annonceurs mettent en scène un chat dans leur publicité comme ING direct ou bien encore les assurances Maif, avec comme cible les moins de 30 ans.
La Quinzaine du Commerce Equitable a fait un mini buzz (55 000 vues sur Youtube) avec une publicité équitable virale mettant en scène Victor et son chat. Il s’agissait de communiquer sur le fait que nos habitudes de consommation contribue à la destruction de la planète.

Le chat s’est donc infiltré partout : dans les mèmes, dans des cartoons du web, dans des sketchs, dans des publicités, des festivals, etc. Le chat est drôle, mignon, canaille. Il n’est plus l’animal de compagnie des vieilles dames seules. Il est devenu un objet marketing, de mode et de consommation.
Les LOLcats, phénomène viral du web, sont maintenant des acteurs stars sur tout support.
Jusqu’où ira le chat ?

zombiecat

 

Anne-Charlotte Diverrès

6 Comments

  1. Laura

    Génial ! Article super complet, j’ai appris pleins de trucs.
    Merci pour cette leçon de publicité féline 🙂

  2. Alexandre

    Article très complet ! Merci beaucoup !

  3. dupuch

    Sans aucun doutes, j’adore ton article #fandechats ! j’ai beaucoup aimé la vidéo du gagnant du festival mondial de vidéos des lolcats et avait déjà complètement craqué pour la pub SFR ! Du génie ! Merci pour cet article très instructif de surcroît 🙂

  4. Manon

    Très bon article et très complet … et en plus de « chat » drôle 🙂

  5. Angélique Guest

    Un article bien complet avec pleins d exemples !

  6. […] Pour lire mon premier article « Des LOLcats au catvertising », c’est ici. […]

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.