Actu

Pokémon Go : une application éphémère ?

Combien de fois a-t-on pu assister à des phénomènes qui ont réussi à bouleverser le monde mais qui se sont essoufflés aussi vite qu’ils ont grandi ? Avec la digitalisation croissante et l’accélération des échanges d’informations grâce à internet, le buzz est à porté de tous, notamment de Pokémon Go.

Pokémon Go

Pokémon Go, c’est un peu ça. On ne s’attendait pas à un tel phénomène et pourtant cette application de nouvelle génération a déferlé sur la planète à la vitesse d’un tsunami. Créée par Niantic, forte licence et ex-filiale du géant Google, l’application Pokémon Go a été ouverte aux téléchargements début juillet 2016.

Un succès prévisible et anticipé ?

En partie oui, car Niantic s’appuie sur une marque très populaire qui a marqué toute la génération des années fin 90 et début 2000 à l’échelle mondiale : les Pokémon. L’arrivée (certe tardive) de cette application fait naître une réelle nostalgie, d’autant plus qu’elle a une visibilité forte dans le monde et particulièrement en France. Cette génération a évolué et grandi ; elle n’a plus les yeux rivés sur leur GameBoy mais maintenant sur leur portable. Et c’est là le coup de génie de Nintendo d’adapter cette fameuse licence phare sur mobile. Pokémon Go s’apparente donc au jeu auquel vous n’avez pas pu y échapper !

L’application de Niantic a généré plus de 45 millions installations en quelques semaine, un record ! Qui pouvait prévoir que ce nouveau jeu serait téléchargé plus que la célèbre application des lovers « Tinder »  et que l’on passerait plus de temps sur Pokémon que sur Messenger ou même What’s app ? Pokémon Go connaît un réel succès, rapide, mais peut être un peu trop.

Pokémon Go : un succès éphémère ?

Dans ses débuts, Pokémon Go a été victime de son succès, les téléchargements et les connexions ont explosé. Un mois plus tard, la vague s’est fortement essoufflée et la fin de l’application parait déjà inéluctable, elle aurait perdu plus de 12 millions chasseurs de Pokémon.

Captiver les users pendant des années comme le géant Facebook n’est pas facile à faire et les effets de mode passent très vite, Pokémon Go a connu son heure de gloire et cela avant une rapide déchéance.

Il faut avouer que certains aspects de l’application faisaient craindre cet effet de mode :

  • Jeu mobile pas très mobile. L’obligation d’utiliser sa connexion et d’activer la géolocalisation du mobile entraîne une extrême sur-consommation de la batterie qui oblige chaque users à s’équiper d’une batterie externe pour pouvoir profiter pleinement de l’expérience. Cependant, cette sur-consommation entraine également de nouvelles offres marketing ingénieuses de la part des acteurs du marché. Monoprix l’a bien compris et propose à l’achat d’un « kit de dresseur » incluant une barre énergétique, de l’eau vitaminée, crème solaire et après soleil, etc. Le parfait kit d’un dresseur survivor.
  • Un jeu lassant. Contrairement au jeu sur GameBoy, les objectifs et l’histoire ne sont pas au rendez-vous. Pokemon Go vous fait très vite tourner en rond à la recherche de nouvelles espèces, il n’y a pas d’évolution de la plateforme.

Quelle est vraiment la finalité de cette application ? Si Niantic ne rajoute pas fréquemment du contenu, l’application est bel et bien destinée à être enterrée.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.