Actu

ORA : les lunettes connectées qui n’ont pas froid aux yeux

Les lunettes connectées ORA, élaborées par l’entreprise française Optinvent et disponibles en version développeur depuis fin mars, se positionnent déjà comme une alternative crédible aux surmédiatisées Google Glass.

Après l’avènement des smartphones puis des tablettes, la naissance des montres intelligentes et le succès des wearables dédiés au « quantify self », les lunettes connectées semblent être la prochaine grande étape de notre « évolution digitale » en 2014. Qui dit grande évolution dit également énorme marché potentiel à conquérir. Comme à son habitude Google est un des premiers à se positionner sur ce nouveau marché et profite de sa notoriété mondiale pour évangéliser le marché et se présenter comme le premier à avoir créé les lunettes connectées. Or d’autres entreprises moins médiatisées développent également ce type de produit avec des fonctionnalités plus avancées et plus performantes que les Google Glass. C’est le cas notamment de l’entreprise rennaise Optinvent qui a mis au point les ORA, avec un objectif clair : émerger sur un marché qui s’annonce déjà ultra-concurrentiel.

 

image à la une_ Otpinvent

 

Un marché très convoité

Google, Samsung, Sony, Epson ou encore Canon tous ces géants de l’électronique et des nouvelles technologies travaillent déjà sur des prototypes de lunettes connectées. La bataille s’annonce donc rude pour les petits acteurs français indépendants tels que Laster Technologies (monoculaire connecté et masque de ski informatif) et bien sûr Optinvent et ses ORA. Cela dit le jeu en vaut la chandelle, le marché des lunettes interactives est estimé à 2,5 milliards de dollars d’ici 2018.  On comprend mieux pourquoi Google souhaite absolument être parmi les premiers sur ce nouveau segment et ainsi bénéficier du « first mover advantage ». Toutefois le temps presse, d’après le Korea Time les Galaxy Glass de Samsung seraient déjà au point et pourraient être présentées lors de l’IFA en septembre 2014.

De son côté Optinvent prévoit de commercialiser ses lunettes à réalité augmentée au grand public en 2015 . L’entreprise rennaise espère ainsi profiter des efforts communication des mastodontes du secteur qui auront très probablement déjà lancé leur modèles et familiarisé le marché avec ces nouveaux produits.

 

Mais qui est Optinvent ?

Optinvent est une société française implantée à Rennes. Elle a été crée en 2007 par Kayvan MIRZA (actuel CEO) et Khaled SARAYEDDINE (actuel CTO) cumulant tous deux 20 ans d’expérience dans leur domaine respectif. À savoir les produits électroniques pour le premier et l’affichage optique pour le second. Ils dirigent une équipe de 5 ingénieurs spécialisés et leur société a déjà levé près de 3 millions d’euros.

 

Equipe optinvent

 

Pourquoi les ORA valent le coup d’œil 

Les lunettes connectées ORA sont des bijoux technologiques « made in France ». Elles sont en effet dotées d’un écran trois fois plus grand que celui qui équipe les Google Glass. La dalle de couleur de 640x480px représente sur le plan visuel un écran de 1,80m de diagonale situé à 4 mètres de distances sous un angle de vue de 24 degrés. Ce même écran est également plus lumineux et jouit d’une meilleure résolution que ses consœurs américaines. Cette qualité d’écran s’explique par l’utilisation de la technologie brevetée « Clear-Vu » permettant de voir à travers l’écran qui nous est projeté devant les yeux.

De plus ces smart glasses sont équipées d’une caméra VGA de 5 millions de pixels, d’un couple de micro-haut-parleur et de deux lentilles photochromatiques (permettant d’adapter la visibilité de l’écran en fonction de la luminosité ambiante). Elles embarqueront également un micro-processeur dual-core et une batterie Li-lon rechargeable par usb. Cette dernière assurera une autonomie de 4 heures en utilisation intensive et 8 heures en utilisation modérée.  Elles pèsent environ 80g, soit seulement 30g de plus que les Google Glass (50g).

Deux modes de vues sont possibles grâce au système « Flip-vu », une vue réalité augmentée (en face du champ de vision) et une vue tableau de bord (écran visible en baissant les yeux, permettant de libérer le champ de vision de l’écran).

Enfin elles fonctionnent en utilisant la puissance de calcul des smartphones tournant sous Android, utilisant elles même ce système d’exploitation.

Pour plus de détails techniques : Fiche technique ORA  et www.techtogs.fr 

Le SDK (kit de développement) est disponible sur leur site depuis quelques jours. Les lunettes sont quant à elles disponibles en pré-commande en version développeur pour la modique somme de 700€ (compter 1 500$ pour les Google Glass en version « Glass Explorer »).

D’ici 2015, Kayvan MIRZA espère voir tourner une quarantaine d’applications grand public compatibles avec ses lunettes connectées.

 

[vimeo vimeourl= »88749292″ ][/vimeo]

 

 

Des raisons de croire en leur succès

« Ce n’est plus David contre Goliath mais David contre Google ». Certes Google et Samsung pour ne citer qu’eux possèdent une puissance de frappe que ne pourra jamais s’offrir Optinvent. Cependant le marché potentiel est si colossal qu’une partie du grand public pourrait préférer les ORA et offrir un succès commerciale considérable à la firme rennaise.

Voici les arguments qui pourraient faire de cette hypothèse une réalité :

 

[star_list]

  • Les caractéristiques techniques

La taille de l’écran (3 fois plus grand que les Google Glass), sa luminosité plus intense et sa meilleure résolution sont autant de points forts pouvant influencer la décision d’achat de clients technophiles à la recherche d’une expérience utilisateur plus immersive.

L’ingénieux système « Flip Vu » permettant de visualiser l’écran de deux manières différentes est un point de différenciation fort face aux autres modèles concurrents. Cela pourrait constituer l’argument de vente numéro 1 qui justifierait pourquoi choisir les ORA plutôt qu’une autre paires de lunettes connectées.

Enfin le fait de pouvoir « clipser » des verres correcteurs directement sur les lunettes lève le frein à l’achat des personnes portant des lunettes de vues, ce qui augmente mécaniquement le nombre d’acheteurs potentiels des lunettes interactives d’Optinvent.

 

technology-comparison-chart-new

 

  • Le prix de vente

Les lunettes sont fabriquées dans un plastique moulé permettant une production à grande échelle et à moindre coût. Par conséquent Optinvent est en mesure de proposer ses lunettes connectées à un prix très abordable. Kayvan MIRZA  projette de les proposer à un prix de vente grand public d’environ 300€ à l’horizon 2015 alors que les Google Glass seraient en vente aux alentours de 600$ (soit 436,50 €).

 

  • La french touch

Si Optinvent opte pour une communication orientée « made in France », la marque pourrait trouver un vrai écho auprès d’une cible française qui serait assurément fier de porter la pointe de la technologie française sur son nez. De plus, imaginez l’exemple donné aux autres entreprises hexagonales avec un produit dit « made in France » dont le prix de vente est inférieur à ces concurrents mondiaux.

[/star_list]

 

Les menaces auxquelles il faudra faire face

Les différentes menaces énoncées ci-dessous sont bien sûr issues d’une analyse personnelle et cette liste n’a nullement la prétention d’être exhaustive.

[no_list]

 

  • La concurrence

Comme énoncé au début de cet article il est évident que Optinvent devra trouver des industrielles prêt à investir des sommes importantes dans les ORA pour rivaliser avec les multinationales qui lorgnent déjà sur ce marché.

 

  • La date de sortie

D’après les dernières informations la version grand public Google Glass devraient sortir courant 2014 et d’autres acteurs tels que Samsung devraient leur emboiter le pas. Or les ORA version grand public sont prévues pour 2015, ce qui peut constituer un problème important en terme de visibilité lors de leur sortie. Néanmoins on peut considérer que Google et Samsung « sensibiliseront » le marché et démocratiseront ce produit auprès du grand public. Ce dernier sera alors mature pour accueillir les ORA en 2015.

 

  • Le design des lunettesORA_modèle_rouge

C’est à mon sens le frein à l’achat le plus important auxquels devra faire face Optinvent. Certes c’est une question de goût mais les Google Glass semblent bien plus discrètes et épurées que leurs homologues françaises. Sans compter que Google à signé un partenariat stratégique avec le lunetier Luxottica et devrait bientôt lancer des Google Glass revisitées par Oakley et Ray-Ban. Pour plus d’information sur ce sujet je recommande l’article suivant,                                 « Partenariat Google Glass/Luxottica  : le hold-up parfait ? »

 

  • Le réseau de distribution

Un autre enjeu stratégique pour les ORA sera les points de ventes dans lesquels elles seront proposées. En effet on peut imaginer des partenariats avec de grandes enseignes françaises comme l’emblématique Alain Afflelou ou encore Atol le « créateur citoyen ». De son côté Google à déjà résolu le problème du réseau de distribution grâce au partenariat conclu avec Luxottica. Ainsi il équipera des marques sous licence du groupe italien qui sont distribuées dans la grande majorité des opticiens à travers le monde. Sur ce point Google détient déjà une avance considérable sur tous ses concurrents.

 

[/no_list]

google-glass2

 

Pour conclure cet article je rebondirai sur une phrase de Kayvan Mirza, président de Optinvent, prononcée lors du CES de Las Vegas 2014 : « [les ORA] sont une technologie made in France de lunettes connectées, on est donc évidemment face aux grands, mais nous avons une solution qui est meilleure aujourd’hui au niveau technologique et au niveau de l’expérience utilisateur. Cela montre qu’en France on sait innover, on sait faire des produits de pointe ».

Après avoir relevé le défi technologique, il va falloir relever le défi commercial et marketing que représente le lancement réussi d’une telle innovation. C’est selon moi à cette seule condition que l’on pourra alors vivre un triomphe « made in France » dans la lignée de l’IPO de Criteo ou du dernier album des Daft Punk.

Maxime

1 Comment

  1. […] Autre représentant français, les Rennais d’Optinvent, dont le modèle Ora-S est prévue pour 2015. Ces lunettes sont dotées d’un écran trois fois plus grand que celui qui équipe les Google Glass, proposant de la réalité augmentée en plein champ. L’utilisateur aura de plus le choix entre un affichage de face ou en position basse. La commercialisation grand public devrait avoir lieu à l’horizon 2015. Pour en savoir plus, cliquez ici. […]

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.