Actu

Nouveaux réseaux sociaux et innovations : vers un déclin de Facebook et autres géants de la Silicon Valley ?

 

On a souvent tendance à penser que les innovations proviennent en grande partie des Etats-Unis, et plus particulièrement de la Silicon Valley. Or, de plus en plus de nouveautés apparaissent en dehors de ces zones. De Tokyo à Rio de Janeiro, en passant par Moscou… on assiste à une émergence de nouveaux écosystèmes et surtout de nouvelles entreprises. Ainsi, des concepts et applications inédits apparaissent suivant l’évolution des usages des consommateurs.

Le principe du mobile first, par exemple – logique qui place le mobile au point de départ des stratégies – favorise les idées prometteuses de demain au risque de faire de l’ombre à des géants, comme Facebook.

 

KakaoTalk, Line, WeChat, SnapChat, késako ?

Facebook n’est plus au cœur des préoccupations des jeunes adolescents. Le vent est en train de tourner pour la firme californienne au profit d’une multitude d’applications et réseaux sociaux parmi lesquels :

kakaotalk

KakaoTalk – en Corée, est un service de messagerie mobile gratuit, lancé en 2010. Pour la petite histoire, le fondateur s’était rendu aux Etats-Unis pour le lancement de l’iPhone et avait tout de suite compris qu’il y avait quelque chose d’intéressant à développer. L’application rassemble aujourd’hui 110 millions d’utilisateurs.

line-app-logo

Line – au Japon, a été créée en juillet 2011 à la suite de la catastrophe de Fukushima. La saturation des services téléphoniques avait contraint de nombreux japonais à utiliser les réseaux sociaux pour communiquer. Facebook et Twitter ne s’avéraient pas très pratiques : il manquait un service de messagerie instantané pour mobile, d’où l’idée de créer Line. L’application est de 300 millions d’utilisateurs à ce jour.

 

Le succès de Line et KakaoTalk repose sur deux caractéristiques :

  • Le fait qu’elles réunissent plusieurs applications en une seule : outil de messagerie instantanée (WhatsApp, Viber), une Timeline (comme Facebook), un partage de photos/vidéos (Instagram), un groupe de chat (Google), de la voice over IP (Skype) ou encore un store de jeux.
  • L’univers « kawaï » avec la grande diversité des stickers, vignettes et autres emojis en tout genre. Facebook s’y est d’ailleurs mis cet été !

 

Notons tout de même qu’en plus d’être les concurrents les plus sérieux de Facebook, les opérateurs de téléphonie mobile ne sont pas épargnés. Le succès de KakaoTalk  est tel que 23 milliards de dollars ont été perdus pour l’ensemble des opérateurs mobiles japonais en 2012 du fait du passage à ces applications mobiles (revenus SMS impactés).


wechat-01-555x535
WeChat (600 millions d’utilisateurs) est la première application chinoise pour smartphone – version évoluée également de WhatsApp. WeChat a d’ailleurs acheté 14% du capital de KakaoTalk.

06839562-photo-snapchat
Snapchat : on n’y communique que par photos et courtes vidéos, éventuellement agrémentées de dessins, qui ne s’affichent que quelques secondes seulement sur l’écran du destinataire avant de s’autodétruire. 400 millions de photos ou vidéos seraient envoyés chaque jour (surpassant largement les échanges sur Facebook)

05473441-photo-pheed
Pheed (mix entre facebook, Twitter, Tumblr et SoundCloud) fut la première application téléchargée de l’Apple Store à dépasser Facebook, avec plus d’un million d’utilisateurs en quelques semaines.

 

Si aujourd’hui peu de français voit une réelle utilité à s’inscrire sur ces réseaux sociaux, on assiste à un lancement progressif et bien pensé de ces derniers sur le marché occidental. Comment s’y prennent-ils ? En faisant appel à des ambassadeurs pour le lancement des campagnes internationales. Le footballeur Lionel Messi a, par exemple, été mis en avant dans les campagnes espagnoles de Line et, depuis le mois dernier, il apparaît également sur le spot TV français de WeChat.

Depuis quelques mois, on entend parler du désintéressement des adolescents américain à Facebook. Le bébé de Zuckerberg ne serait pas un lieu propice à la mise à nu de soi mais au contraire, au contrôle du respect de sa vie privée. Là où Facebook est devenu commun à tous, parents comme grands-parents, les nouvelles applis sont plus intimes, permettent les partages et les « selfie » plus instantanés et attirent de plus en plus les jeunes technophiles.

Au vu de la croissance rapide et impressionnante de ces jeunes applications, on peut s’interroger sur ce qui constitue aujourd’hui les facteurs clés de succès d’une innovation, qu’elle provienne des Etats-Unis ou d’ailleurs.

 

S’ouvrir aux innovations à travers le monde

Comment innove-t-on ? Quels sont les facteurs clés de succès et comment espérer concurrencer les plus grands ?
Francis Pisani, journaliste, auteur, bloggeur, et conférencier définit l’innovation comme étant un « nouvel assemblage improbable, dans lequel les éléments ne sont pas tous nouveaux, pour résoudre un problème, répondre à un besoin ou saisir une opportunité. »

Il a entrepris un « tour du monde de l’innovation » pour voir si et comment on innove « ailleurs ». Il a visité des espaces d’innovation et interviewé des innovateurs et entrepreneurs dans plus de 30 pays sur 5 continents différents.

 

Un exemple marquant : le Café Coffee Day, une chaîne indienne de 1 300 cafés tenu par Rajeev Suri au Bangalore, en Inde. Il a eu l’idée de changer le business model de ses cafés en y installant des tables interactives. Elles permettent de jouer avec ses voisins de table et de se connecter au reste du monde. Le business model d’un café traditionnel ne peut connaître qu’une croissance linéaire car dépendant du nombre de table. Mais avec ses nouvelles tables connectées, appelées les WINTs  « What an interesting table », Rajeev Suri transforme chaque table en média et cela lui permet de monétiser le trafic engendré. Starbucks a du souci à se faire !

Autre exemple intéressant : l’application Neformily, développée en Côte d’Ivoire, permet aux personnes atteintes de troubles de mémoire de se souvenir des membres de leur famille (le nom des personnes présentes par reconnaissance faciale, grâce à des lunettes informatisées). L’application permet d’enregistrer automatiquement leurs rendez-vous par reconnaissance vocale et aussi de leur rappeler diverses informations personnelles en toute sécurité (compte bancaire, mots de passe, lieu de résidence, emploi, etc.) Neformily (ou Never Forget Your Family) met également à disposition des jeux stimulant la mémoire.

table-650x428    Neformily_Montre5

 

Une recette pour innover ?

Innover, c’est : introduire un regard nouveau sur la situation, tolérer et même récompenser les échecs.
La notion culturelle et d’éducation stimule l’esprit innovateur. En France, il existe une certaine phobie de l’échec, véritable handicap et frein majeur aux lancements d’innovateurs. Cette peur remonte au système scolaire français qui pénalise l’échec à l’inverse de celui des États-Unis. Steve Jobs, en 1984 déjà nous donnait les ingrédients de réussite pour innover !

 

Pour conclure, on constate deux choses dans le paysage des innovations numériques. Dans un premier temps, l’usage de Facebook dans les pays développés évolue (la chute du temps passé est une réalité) au profit de nouveaux réseaux sociaux inédits tout droit venus d’Asie.

Le développement de petites entreprises innovantes à travers le monde se généralise également. Là où à l’époque la Silicon Valley avait les capitaux nécessaires pour faire d’une startup un géant mondial, aujourd’hui les innovations naissent partout dans le monde, ne nécessitant plus les mêmes capitaux qu’il y a 30 ans. Ce n’est pas forcément un déclin de la « Valley » mais alors un rattrapage du reste du monde.

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.