Actu

"La place du numérique sous Hollande"

Le numérique fait parti de notre futur, mais que va-t-il se passer maintenant que notre Président est François Hollande ?


Étude sur l’ensemble des candidats à la présidentielle 2012

Déjà ce que nous pouvons constater c’est que pendant la campagne présidentielle 2012, les candidats ont été peut nombreux à parler du numérique.

Selon l’étude de Think Tank Renaissance Numérique, l’étude publiée démontre que le numérique fut absent de la campagne présidentielle. L’analyse éditoriale fait ressortir qu’il ne représente que 5% des contenus sur internet mentionnant les candidats à la présidentielle, et qu’il n’est quasiment abordé que pour parler de culture ou de réseaux sociaux (80% des contenus relatifs au numérique). La campagne présidentielle ne parvenait donc pas à faire émerger le numérique comme un sujet de premier plan et encore moins à l’aborder de façon transversale.  Il est également à noter que les candidats qui étaient en tête dans les sondages sont ceux qui, proportionnellement, sont le moins associés à internet, et inversement.

Ce sont les principaux enseignements qui ressortent d’une étude menée par image & dialogue consultants et Lingway pour le compte du Think Tank Renaissance Numérique, dans le cadre du QG Numérique lancé en mars dernier par les acteurs du net français

Autre enseignement de cette étude : de manière globale, plus les candidats sont crédités d’intentions de vote dans les enquêtes d’opinions et plus la part de leurs contenus consacrée au numérique diminue.

A titre d’exemple, pour N. Arthaud, le numérique représente 18,78% des contenus présents sur le web alors que la candidate de Lutte Ouvrière est créditée de 0,5 à 1 % d’intentions de vote.

A l’inverse, pour les candidats mieux placés dans les sondages, tels que N. Sarkozy ou F. Hollande, la part du numérique chute à 5 % voire moins.

 

On peut dire, maintenant que François hollande est notre Président, qu’il a fort à faire en matière de numérique car le prochain quinquennat sera décisif pour éviter que la France ne creuse son retard en la matière !


Le programme de François Hollande avant son élection

Le Collectif du Numérique qui regroupe 21 associations, syndicats professionnels et pôles de compétitivité de l’industrie du numérique et de ses usages, a interrogé les représentants des deux candidats qualifiés pour le second tour.

Les questions ont porté sur les enjeux de la transformation numérique de l’économie et de la société, la création d’emplois, l’accompagnement de l’innovation, la formation au numérique et la modernisation de l’Etat. Ce qui opposait l’UMP et le PS fut avant tout le volet sécuritaire de l’utilisation d’internet et des réseaux.

Le constat est un peu décevant car Hollande n’y avait pas pris la dimension de la 3ème révolution industrielle qui place le web au cœur de la société pour créer une dynamique de croissance.

Listing des ces engagements de François Hollande dans son programme, avant son élection, concernant le numérique :

N°4 : Je soutiendrai le développement des nouvelles technologies et de l’économie numérique, levier essentiel d’une nouvelle croissance, et j’organiserai avec les collectivités locales et l’industrie la couverture intégrale de la France en très haut débit d’ici à dix ans.

N°45 : Je remplacerai la loi Hadopi par une grande loi signant l’acte 2 de l’exception culturelle française, qui conciliera la défense des droits des créateurs et un accès aux œuvres par internet facilité et sécurisé. La lutte contre la contrefaçon commerciale sera accrue en amont, pour faire respecter le droit d’auteur et développer les offres en ligne. Les auteurs seront rémunérés en fonction du nombre d’accès à leurs œuvres grâce à un financement reposant sur les acteurs économiques qui profitent de la circulation numérique des œuvres.


Le socialiste François Hollande a précisé durant sa campagne ses choix en faveur d’une transformation numérique de l’économie et de la société. Récapitulatif.

A) Transformation numérique

Aux yeux du nouveau chef de l’État, si la France aborde la transformation numérique de l’économie et de la société avec des atouts tels que son enseignement supérieur, sa recherche et ses infrastructures ainsi que l’esprit d’entreprise de sa jeunesse, elle a également des handicaps. Parmi ceux-ci : « le plafond de verre qui bloque la croissance des PME, la carence des capacités d’investissement en capital, le décrochage de la R&D industrielle », comme l’a indiqué en mars M. Hollande dans une missive à l’attention des membres du Collectif numérique.

Pour franchir ces obstacles, François Hollande veut notamment repenser la gouvernance du numérique, réformer le statut de jeune entreprise innovante (JEI) et remplacer Hadopi (Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits d’auteur sur internet) par une autorité aux compétences élargies. Le prochain chef de l’État s’est également déclaré favorable à l’institution d’un « habeas corpus numérique » censé garantir les droits et les libertés de chacun à l’ère numérique.

B) Formation et emploi

François Hollande qui fait de la jeunesse l’une de ses priorités, a indiqué au Conseil national du logiciel libre (CNLL) que « l’éducation ne (doit) pas seulement faire des élèves des ‘consommateurs’ de l’informatique, mais aussi des ‘créateurs’ qui sauront décoder et surtout ‘coder’ cet univers ».

Par ailleurs, a-t-il ajouté à l’attention du Collectif numérique, la formation aux nouveaux métiers du numérique ne doit pas être l’apanage des ingénieurs. Former des jeunes « de qualifications intermédiaires dans des secteurs tels que la programmation, l’administration de réseau, la numérisation ou encore la gestion de communautés », est une « urgence ».

Il y aura donc un grand « plan pour le numérique dans la formation » qui regroupera le soutien au développement de supports pédagogiques numériques, la formation des enseignants au numérique ainsi que l’ouverture à toutes les séries des baccalauréats d’une spécialité optionnelle numérique.

C) PME et entreprises innovantes

Pour soutenir les petites et moyennes entreprises et favoriser le soutien aux filières d’avenir tel que le numérique, dont les secteurs du très haut débit (fibre optique) et de l’e-santé, François Hollande veut créer une Banque publique d’investissement. Ce soutien passera également par les fonds régionaux et la création d’un livret d’épargne industrie dont le produit sera dédié au financement des PME et des entreprises innovantes.

M. Hollande veut également que la part des impôts payés en France par les géants de l’Internet, américains dans leur majorité, soit plus importante. Il préconise de renégocier les conventions internationales sur le sujet avec les partenaires européens de la France.

Par ailleurs, François Hollande prône un impôt sur les sociétés devenu progressif, et ce en fonction de la taille de la société, « avec un taux plus bas sur le bénéfice réinvesti que sur celui distribué aux actionnaires ». Il souhaite aussi élargir l’accès des PME au crédit impôt recherche (CIR). Enfin, François Hollande entend « veiller à ce que la commande publique soit bien ouverte aux PME, à travers la mise en place d’un médiateur du marché public ».

D) Marchés publics

François Hollande prône la mise en œuvre d’une véritable stratégie technologique pour l’État. Celle-ci passera par « la maîtrise des systèmes d’information en maintenant de fortes compétences internes ; l’agilité plutôt que la logique de grands projets cloisonnés et coûteux ; la mutualisation des ressources ; l’interopérabilité à travers les logiciels libres et les standards ouverts ». M. Hollande souhaite également ouvrir à tous les niveaux les données publiques (open data).


La future Ministre pour le numérique

Petit rappel : C’était une des innovations du quinquennat Sarkozy : la création d’un secrétariat d’Etat à l’Economie numérique en mars 2008 en la personne d’Eric Besson, sous la tutelle de Matignon. En janvier 2009, NKM récupère le poste d’Eric Besson. En novembre 2010, le secrétariat d’Etat disparaît et devient une compétence parmi d’autres du ministre de l’Industrie et de l’Energie Eric Besson, sous la tutelle du ministère de l’Economie. Auparavant, on a eu une ministre de la Recherche et des Nouvelles Technologies en l’occurrence Claudie Haigneré de 2002 à 2004, et des ministres des Postes et télécommunications, le dernier étant François Fillon de 1995 à 1997.

Aujourd’hui Fleur Pellerin, conseillère au numérique pendant la campagne, pressentie pour le maroquin, est officiellement devenue la ministre déléguée auprès du ministre du redressement productif, chargée des petites et moyennes entreprises, de l’innovation et de l’économie numérique.

Elle est diplômée de l’ESSEC, Sciences Po puis l’ENA, elle a effectué la majorité de sa carrière professionnelle à la Cour des Comptes. Elle a participé aux équipes de campagne de Lionel Jospin en 2002, Ségolène Royal et 2007 avant d’être responsable du pôle Société et Économie numériques lors de la campagne de François Hollande.

Comme évoqué précédemment, le 26 avril dernier, Fleur Pellerin a été confrontée à Nicolas Princen (UMP) lors du débat en vidéo, organisé par le Collectif du Numérique, animé par Richard Menneveux et diffusé en direct sur FrenchWeb. Deux heures de débat à voir ou revoir pour mieux appréhender la personnalité de Fleur Pellerin et les idées qu’elle porte en matière d’économie numérique :

 


Les Candidats à l’élection présidentielle… par collectifdunumerique

 

Fleur Pellerin aura pour mission de participer au sein du gouvernement et notamment avec Aurélie Filippetti, la nouvelle Ministre de la Culture et de la Communication, à la mise en place des engagements pris pendant la campagne de François Hollande :

  • Le remplacement de la loi Hadopi et le financement de la création qui pourrait se réaliser par une taxe sur les FAI mais aussi les fabricants de matériels et les grandes plateformes américaines comme Google et Amazon.
  • Une fiscalisation adaptée aux PME et aux entreprises innovantes et la « mise au pas » des géants du web
  • La création d’une banque publique d’investissement dotée de fonds gérés localement à destination des PME
  • La formation de jeunes sur des profils de qualification intermédiaire pour le numérique
  • Une couverture intégrale de la France en très haut débit d’ici à dix ans
  • L’abrogation de la loi Loppsi 2
  • L’inscription du principe de Neutralité du net dans la loi

 

Conclusion

Deux réactions à la nomination de Fleur Pellerin à l’Economie Numérique assez représentative de notre opinon :

  • Christine Balagué et Guillaume Buffet, Co-Présidents de Renaissance Numérique : « Nous l’avons assez dit : avec une PME sur 2 sans site web, avec moins de 3% des nouvelles entreprises issues du numérique, avec 6 fois moins de « .fr » que l’Allemagne n’a de « .de », la France a besoin d’une nouvelle dynamique pour ses PME, poumon de l’économie française. Associer dans un même ministère l’innovation, les PME et le numérique est un signe fort. Confier ce ministère à la plus jeune personnalité du gouvernement en est un deuxième. Que cette personnalité porte le flambeau de la diversité en est un troisième, non moins important. L’ensemble de ces messages laisse à penser que le combat mené ces 5 dernières années par Renaissance Numérique n’a pas été vain. Oui, le numérique est sans doute le meilleur vecteur de redynamisation du tissu économique français. Oui, le numérique est un espoir de réussite pour toute la jeunesse, réussite qui peut contribuer rapidement au redressement de la croissance. Oui, avec le numérique, l’initiative est ouverte à tous, sans a priori d’origine sociale. Nous misons beaucoup d’espoir dans la nomination de Fleur Pellerin au poste de Ministre déléguée aux PME, à l’Innovation et au Numérique. »
  •  AFDEL, Association française des Editeurs de Logiciels : « La nomination à cette responsabilité de Fleur Pellerin, qui a démontré une vraie connaissance des dossiers et une compréhension des enjeux, représente un signe très positif ».

RDV dans 5 ans pour le bilan !!

Mais peut être que l’élection du Parti Pirate au législative 2012 aura changé la donne…!

http://www.silicon.fr/parti-pirate-denonce-opacite-vote-internet-74857.html

http://partipirate.org/

Louise Combray et Angélique Jakerian

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.