Actu

Facebook : Des hommes-machines

facebook

Peut-on conquérir la frontière de notre cerveau ? Mark Zuckerberg, co-fondateur de Facebook, déclare se lancer ce domaine. Les interfaces cerveau-machine (ICM) enfoncent les portes du domaine de la santé : ces dispositifs, avant tout pensés pour redonner une certaine autonomie aux personnes souffrant de handicaps majeurs, ont déjà été emprunté par d’autres domaines y compris pour des personnes en bonne santé. L’ICM permettra de contrôler par la pensée les jeux-vidéos, logiciels, robots ou gadgets électroniques.

facebook

Les ICM, une nouvelle technologie.

Les opportunités offertes par ces interfaces sont aujourd’hui exponentielles. Ces ICM seront capables de  reconnaître les états mentaux d’un individu grâce à l’activité électrique du cerveau.

L’objectif de Mark Zuckerberg serait de connecter le monde et plus que tout connecter les cerveaux par un seul et même élément : la pensée. Sa solution serait de mettre en place une forme de télépathie influée par une intelligence artificielle. Retour en 2017 lorsqu’il affirmait qu’ « un jour, vous serez capable de penser à quelque chose que vos amis pourront ressentir immédiatement. »

Un coup de tête ? Pas si l’on en croit les dernières annoncées au F8 2017, lors du dernier grand événement annuel regroupant développeurs et entreprises autour du futur de la technologie. Pour atteindre ce but, Mark Zuckerberg va se concentrer au cours des dix prochaines années sur trois grands piliers : la connectivité, l’intelligence artificielle et la réalité virtuelle.

Une connection cognitive.

Ces ICM permettront bientôt aux utilisateurs de taper sur le clavier grâce à leur cerveau. L’objectif pour Facebook serait de se connecter à nos cerveaux pour écrire plus de 100 mots à la minute. Et cela uniquement par la pensée et de manière silencieuse. C’est tout de même cinq fois plus rapide que le temps nécessaire aujourd’hui pour les taper sur un écran tactile de smartphone. Regina Dugan, directrice du Building 8, équipe de recherche et développement de Facebook, présente cette nouvelle fonctionnalité comme une révolution qui changera fondamentalement la façon dont nous interagissons avec la technologie et notre utilisation. Elle affirme que toutes ces technologies futures ont un potentiel inouï dans de nombreux domaines, et notamment pour couvrir les barrières du langage et de la communication.

Cependant, le plus dur reste encore à faire. Le système pensé par Mark Zuckerberg ne nécessiterait pas d’électrodes implantées chirurgicalement, mais des « capteurs non invasifs », qui n’existent pas encore aujourd’hui. Mark Zuckerberg propose de créer une couche numérique au dessus de notre cerveau. Il suffira de passer par une veine ou une artère pour avoir accès aux neurones. Implantée par injection, une grille de fils de quelques millimètres seulement pourrait s’insinuer avec des neurones vivants et écouter leur action, offrant un moyen pour l’électronique d’intéragir avec votre activité cérébrale. En somme, nous serions dotés d’un circuit électronique dans le cerveau permettant aux machines d’intéragir directement avec nous.

Doit-on avoir peur de ces nouvelles technologies qui révolutionneront notre monde ?

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.