Actu

Emoji : vos sentiments digitalisés

Retour vers le passé

 

Une utilisation abusive ou indispensable ?

Facemoji, une application mobile qui permet à ses utilisateurs d’utiliser facilement ces caractères, a conduit une étude en septembre 2016 sur 10 000 personnes afin de savoir dans quel pays on les utilise le plus :

“Si les emojis font aujourd’hui partie du langage écrit, c’est principalement grâce aux smartphones et aux applications qui facilement leurs insertions dans nos messages. Pour une raison qui échappe à tout le monde, il semblerait que la France soit la championne du monde. En effet, l’étude a révélé qu’en France, 71 % des mobinautes utilisent les emojis quotidiennement. Le plus étonnant, c’est que parmi les pays concernés par l’étude, c’est l’Inde qui est en dernière place. Dans ce grand pays, on ne compte pas moins de 22 langues officielles et plus de 100 dialectes. Les emojis y seraient un moyen facile de briser les barrières linguistiques. Pourtant, en Inde, seulement 29 % des mobinautes se servent chaque jour de ces petits symboles. Derrière l’Hexagone, se trouve le Mexique, les Philippines et le Brésil. Les Etats-Unis sont à la cinquième place, avec seulement 48 % des mobinautes qui se servent chaque jour des emojis.” 📝

Ces symboles sont incontestablement devenus une nouvelle manière de communiquer. Enfin une nouvelle façon « cool » de communiquer !✌️Celà n’empêche que leur usage peut aussi être dangereux et conduire à des malentendus. En effet, en fonction de l’appareil ou du navigateur utilisé, un emoji peut apparaître de façon totalement différente. L’affichage peut avoir un impact sur la manière dont le correspondant va interpréter le symbole, méfiance ! 📵

 

L’éthique et les émoticônes, où en est-on ?

Les emojis sont aujourd’hui rentrés dans notre quotidien et seront d’ailleurs prochainement intégrés dans le Musée d’Art Moderne de New York. Les messages que nous envoyons, aujourd’hui, peuvent parfois manquer de sentiment, pas de panique…
Les (s)e(x)mojis sont là pour vous, et ce, même pour vos sextos. 😎👋 Quand on envoie des « sextos », l’aubergine arrive en tête (inutile de vous faire un dessin quant à son interprétation… 🍆). Un créateur a donc eu la merveilleuse idée de le transformer en sextoy : https://emojibator.com/collections/all

Finalement, le progrès nous emmènerait dans le passé ?

Nous communiquons avec des images, des pictogrammes et toutes autres formes de créations visuelles comme pouvait le faire les égypthiens au temps des hiéroglyphes ⚱, ou encore, dans les grottes de Lascaux ornées du Paléolithique par le nombre et la qualité esthétique de ses œuvres. Néanmoins, notre époque détient une particularité : le « dérapage ». Nous oublions parfois la valeur de l’humain et la morale qui va avec : insultes, caractères sexuels, racisme etc.

Ce que dit la loi, pas grand chose pour le moment… : « La loi de Poe, du nom de son inventeur Nathan Poe, est un adage décrivant le fait que, sur Internet, sans indication claire de l’intention de l’auteur d’un écrit, il est difficile ou impossible de faire la différence entre un propos réellement outrancier et une exagération volontaire à des fins parodiques. Désormais généralisée, la loi de Poe a d’abord été utilisée pour décrire le comportement de certains intégristes religieux dans les forums de discussions à propos du créationnisme : « Sans un smiley qui cligne de l’œil ou un autre moyen bien flagrant de bien marquer que c’est de l’humour, il est impossible de faire une parodie sans être attaqué directement par une personne qui confondrait l’humour avec une réalité ». Les sites satiriques ou à fort sarcasme peuvent être pris comme exemple de cette loi sur internet. » ✒️

 

Des emojis pas si souriant que ça…

Ces sujets aussi décalés qu’intéressants, méritent réflexion sur l’éthique et l’utilisation des emojis dans notre société.

Récemment, les débats sur l’utilisation des armes à feu aux Etats Unis et les attentats en Europe, Apple a dû renoncer à l’émoji 🔫.
Une petite fille de 12 ans a d’ailleurs menacé son école en postant sur Instagram une photo comportant un revolver, un couteau et une bombe, accompagnée d’un message : “Envie de meurtre. Retrouvez moi à la bibliothèque.” Elle a été poursuivie pour harcèlement informatique avant d’être acquittée. Un autre cas, en France cette fois-ci, le tribunal de Valence a condamné un homme à six mois de prisons et 1 000 euros d’amende pour avoir envoyé un emoji revolver à son ex-petite amie. Les juges ont perçu ce message pour une menace de mort.

Malgré le fait que les emojis prennent une place importante dans notre quotidien, les cinémas du monde vont accueilir en octobre 2017 un film consacré aux emojis : « Le Monde Secret des Emojis ». Cette aventure personnifie des personnage qui ne sont pas réels, mais, qui sont pourtant bel et bien dans le quotidien de notre vie. Bien que nous sommes conscients de ce phénomène, les jeunes enfants risquent de ne pas dissocier l’humour à la réalité : « pouf, dans le piège ! » ⛓

 

Rédaction : Arnaud LEFORT & Thomas MUCKENHIRN – ECS Paris

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.