Actu

Acheter n’est pas jouer

Reconnaissez-le, vous avez déjà acheté un jeu sur Steam en vous promettant d’en faire une petite partie sous peu. Et les jours ont passé, les semaines aussi, avant que les mois eux-mêmes ne s’écoulent à leur tour. Jamais vous n’y avez joué. Vous n’êtes pas seul.

steam

Comment ? Vous ne connaissez pas Ars Technica ? Un petit tour sur Wikipédia s’impose. Il s’agit donc d’un site internet fondé par Ken « Caesar » Fisher s’adressant aux adeptes de nouvelles technologies, de science et de jeux vidéo. Ce site est la propriété de Condé Nast. Comment ? Vous ne connaissez pas Ken « Caesar » Fisher, ni Condé Nast ? Bon … à vrai dire, peu importe. La seule chose à retenir, c’est que ce média britannique a récemment publié une statistique tout aussi intéressante qu’édifiante. 37% des jeux possédés sur Steam ne sont pas joués. Ils n’ont même jamais été lancés, ne serait-ce qu’une seule fois. Oui, c’est choquant. Tellement choquant qu’on va poser négligemment un intertitre pour vous laisser le temps de vous remettre de vos émotions.

 

Ars Technica

Ars Technica

 

Freeman l’oublié

Pour mener à bien son étude, Ars Technica a créé un outil capable de sonder les pages de profil de n’importe quel compte Steam. L’enquête a duré deux mois, à raison de 100 000 scans par jours. Un calcul rapide réalisé à l’aide de l’étonnante calculatrice Windows, nous amène à la conclusion suivante : Ars Technica se base sur un panel de 6 millions de comptes Steam. Sachant que Valve comptabilise actuellement environ 172 millions d’utilisateurs plus ou moins actifs. On peut donc parler d’échantillon représentatif et ne pas prendre par-dessus la jambe cette enquête dont on pourrait se gausser de prime abord. Après tout, à quoi bon acheter un si c’est pour le laisser moisir dans une bibliothèque virtuelle ? LA réponse tient sans doute aux fameuses périodes de soldes, où nous sommes nombreux à être aguichés par une promo à -75% sur un Crysis :Warhead, un Bastion ou une compilation des vieux Civilization. Parce qu’on ne peut pas dire non à une telle offre. Et aussi parce que le catalogue de jeux sur Steam est trop vaste, et la vie trop courte, pour avoir le temps de papillonner d’un titre à l’autre. En fait, cette étude dépasse de loin le cadre de Steam, voir du jeux vidéo en tant que tel. Elle est révélatrice de la société de consommation actuelle, où l’on achète plus volontiers ce qui n’est pas cher que ce dont on a réellement besoin ou envie. L’enquête d’Ars Technica ne se contente pas de balancer que plus d’un tiers des jeux achetés n’ont jamais été lancés, elle donne des exemples concrets et liste quels sont les titres les plus boudés par des acquéreurs dispendieux. Ainsi, l’add-on gratos de Half-Life 2, baptisé Lost Coast, n’a été joué que par 2 millions de joueurs alors qu’il apparaît dans la ludothèque de 13 millions de comptes. L’explication paraît toute simple. Ce titre mineur a souvent été inclus dans des packs dodus regroupant Half-Life et tous ses dérivés, qu’il s’agisse des épisodes additionnels ou des extensions telles que Deathmatch. D’ailleurs, même le génial Half-Life 2 : Episode 1 accuse un affreux ratio de 1,7 millions de copies actives pour un total de 4,8 millions d’acquisitions. Plus de 3 millions de joueurs possèdent donc ce titre sans jamais avoir jeté un coup d’œil dessus. Même constat pour le premier Portal, dans lequel 2,4 millions de joueurs ont manifestement investi sans aucune raison. En tout cas, sans prendre la peine d’y jouer.

 

Steam, une plateforme d'achat de jeux en ligne

Steam, une plateforme d’achat de jeux en ligne

Retour sur investissement

Au milieu de cet océan de produits laissés pour compte, il y a tout de même des exceptions, des titres que l’on acquiert pas par hasard, mais parce que l’on compte s’y jeter à corps perdu. Dota 2 et Team Fortress 2, par exemple. Deux jeux qui présente la particularité d’être gratuits, sans pour autant être snobés par la communauté Steam. Respectivement 25,9 et 20,3 millions d’utilisateurs ont déjà lancé ces titres-là. Même Skyrim, qui a déjà été plusieurs fois soldé de manière indécente, jouit d’un excellent ratio acquéreurs/joueurs. Ils sont en effet 6 millions à posséder le titre et seulement 300 000 à ne jamais l’avoir lancé. En fait, à bien y regarder, on constate que ce sont paradoxalement les jeux dotés d’une durée de vie conséquente qui sont les plus plébiscités. Skyrim, donc, mais aussi Football Manager ou Civilization V. Soit dit en passant, ces deux derniers titres trustent également les premières places d’un autre classement dressé par Ars Technica, celui des jeux sur lequel les gens passent le plus de temps. Ainsi, Football Manager 2014 a été pratiqué, en moyenne, à hauteur de 169 heures par utilisateur. C’est le champion incontesté de cette catégorie, devançant Moder Warfare 2 (148,9 heures) et Dota 2 (147,7 heures).

 

La morale de cette histoire, puisqu’il en faut bien une, c’est que pour être joué sur Steam, il vaut mieux avoir des crampons qu’un pied de biche. On vous laisse méditer la dessus.

1 Comment

  1. Cyril

    Bonjour,
    Je suis effectivement très surprise par cet article. Cela remet grandement en question mon envie de me procurer des jeux Steam.
    Au revoir

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.